les mondes de Vlana

Corrections et relectures avant de publier un livre

Accueil > Auto-édition > Avant de publier un livre : corrections et relecture

Publier un livre : ce qu'il faut faire en amont !

Généralités :

Faire publier un livre n'est pas une mince affaire ! Il faut avant tout soigner son propre travail pour mettre toutes les chances de son côté.

Donc, avant d'envoyer un manuscrit à une maison d'édition en vue (par une chance infime) qu'elle accepte de publier votre livre, il convient au maximum d'éliminer toute faute d'orthographe ou de grammaire. Il faut également bien relire le manuscrit soi-même, et mieux encore, le faire lire à plusieurs personnes de son entourage.

Ces conseils, valables dans le cas d'un envoi de manuscrit à une maison d'édition, sont d'autant plus nécessaires si l'on souhaite publier un livre soi-même. En effet, si un auteur fournit à ses lecteurs potentiels une histoire décousue et remplie de fautes en tout genre, ces lecteurs risquent de ne pas être très satisfaits, surtout s'ils ont déboursé de l'argent.

N'oubliez pas que dans le cadre de l'auto-édition, vous êtes à la fois l'auteur et la société en charge de publier un livre. On attend donc de vous que vous fournissiez le même niveau de qualité que celui effectué par un professionnel !

Le fond :

Concernant la correction de votre manuscrit, veillez à vous attacher au fond de l'histoire, car après tout, elle détermine l'attrait principal d'un livre.

La meilleure façon de s'employer à cette correction consiste encore à faire participer son entourage. Trouvez un ou plusieurs cobayes qui vont lire vos écrits et donner leur avis. Attention ! Pour rendre cette phase réellement efficace, il est impératif que vos cobayes restent totalement sincères et que vous-même acceptiez les critiques.

Bien sûr, signaler à quelqu'un que son histoire est moyenne, voire très mauvaise, peut s'avérer très délicat, mais avec un peu de diplomatie, ça peut passer. Il vaut mieux qu'un proche signale de façon amicale qu'il y a beaucoup de choses à revoir dans votre manuscrit plutôt que de recevoir une lettre cinglante d'un éditeur qui n'aura lu, en réalité, que les deux premières phrases.

La forme :

Pour les corrections d'orthographe et de grammaire, la première chose à faire consiste à trouver un bon correcteur de traitement de texte. Plusieurs personnes m'ayant posé des questions à propos du correcteur que j'utilise, j'ai décidé de faire une petite fiche explicative sur Antidote, peut-être le logiciel de correction le plus efficace bien que d'un prix un peu élevé.

Toutefois, avant de publier un livre, rien ne remplace la correction humaine. À moins que vous ne soyez vous-même un maître dans l'art d'écrire sans faute (ce que je vous envie, car ce n'est pas mon cas !), la meilleure solution consiste à trouver parmi son entourage, famille ou ami, une ou plusieurs personnes qui se débrouillent bien et qui acceptent la tâche ingrate de corriger un manuscrit.

Si jamais vous ne possédez pas de telles perles rares dans votre entourage, vous allez devoir vous replonger un peu dans les méandres de la grammaire française… après tout, il n'est jamais trop tard !

Rien ne remplacera cependant un vrai professionnel, et débourser un peu d'argent peut s'avérer un très bon choix. Ensuite, à chacun de voir quel montant d'argent il peut investir pour publier un livre. Comptez en général entre 1500 et 2500 € pour une correction relecture avec modélisation.

Pour en savoir plus, je vous propose d'aller visiter le site d'un expert en correction orthographique et de savourer au passage ses nombreux conseils d'écriture : allez voir Le Corrigeur. Ses clients arrivent souvent en tête des ventes et il est membre du groupement professionnel des écrivains-conseils.

Une vision neuve :

De toute façon, la relecture, par une tierce personne, se révèle totalement essentielle avant d'envoyer un manuscrit à une maison d'édition ou bien de publier un livre soi-même.

Quand on est plongé dans son histoire depuis des mois, que l'on connait chaque ligne presque par cœur, on finit par ne plus voir certaines choses. Une vision neuve peut mettre en évidence des soucis que l'on n'aurait jamais repérés autrement. Il s'avère alors essentiel dans ces moments-là de faire taire son égo et d'accepter les remarques faites par les relecteurs. S'ils ont mal compris un passage, c'est peut-être parce que vous l'avez mal décrit. Écoutez leurs points de vue et faites les corrections qui s'imposent.

Dernière astuce :

Avant de faire publier un livre par une maison d'édition ou de publier un livre soi-même, une autre façon de le corriger consiste également à prendre du recul. Laissez dormir votre manuscrit (ou tapuscrit comme on dit maintenant) dans un tiroir pendant plusieurs mois. Quand vous le lirez de nouveau, de nombreuses erreurs vont vous sauter aux yeux. À tel point que vous penserez peut-être « mais comment ai-je pu écrire quelque chose d'aussi mauvais en pensant que c'était génial ? »… enfin, vous n'aurez peut-être pas cette réaction, mais moi, c'est souvent ce que je me dis en me relisant !

Alors ? Voyez-vous quel monceau de travail il vous reste encore à effectuer avant de publier un livre maintenant ?