les mondes de Vlana

Les carnets d'Alnac : Prologue - page 2 (lecture en ligne)

Accueil > Lecture en ligne > Lecture en ligne : Les carnets d'Alnac Prologue, page 2

Prologue : page 2

- Eh bien Dened ! gronda une voix derrière lui.

Le garçon sursauta et se releva aussitôt. Frère Embert se tenait tout près et le regardait en fronçant les sourcils.

- Heu, eh bien... j'ai trouvé ceci, balbutia Dened en tendant le petit livret au supérieur.

Le frère le prit, l'ouvrit et en tourna quelques pages. Son air sévère s'estompa peu à peu, tandis qu'un sourire apparaissait sur son visage.

- Ah ! Il semblerait que vous ayez retrouvé les carnets ! dit-il avec une certaine satisfaction. Nous pensions les avoir perdus. Vouloir classer un peu ces vieux livres se révèle donc être une bonne idée après tout !

- Frère Embert ? se risqua Dened.

- Oui, mon garçon ?

- J'ignorais que notre Grand Prêtre avait autrefois été un conteur.

- Un conteur ? s'exclama le supérieur en haussant les sourcils. Mais que me dites-vous là ? Notre Grand Prêtre n'a jamais exercé une autre profession que celui de la prêtrise au service de notre déesse Alhéna.

- Mais... ces histoires qu'il raconte !

- Ces histoires sont vraies, mon garçon ! affirma Embert. Les carnets que vous voyez là ont été écrits, il y a de nombreuses années, du temps où notre Grand Prêtre parcourait les routes en compagnie d'aventuriers qui d'ailleurs devinrent rapidement ses plus chers amis.

- Vraiment ? s'exclama Dened oscillant entre incrédulité et émerveillement.

- Oh oui ! Et je dois avouer que même si je connais notre Grand Prêtre depuis fort longtemps, je ne sais que très peu de choses sur cette partie de sa vie. Bien qu'il ne s'en soit jamais vanté, j'ai ouï dire que leur groupe a accompli de nombreux exploits. Même le roi leur faisait confiance.

- Vraiment ? répéta le garçon de plus en plus interloqué.

Puis, après quelques secondes de silence, il reprit :

- Frère Embert, pensez-vous qu'il accepterait de nous raconter ces aventures ?

- Peut-être ! répondit le supérieur avec un sourire malicieux sur le visage. En tout cas, nous allons rapidement le savoir.

Il ferma le manuscrit qu'il tenait entre ses mains et se dirigea vers la porte.

- Mon garçon, votre punition est terminée, annonça-t-il sans se retourner. Je vous conseille de prendre avec vous les carnets que vous avez trouvés, d'éteindre les bougies et de me suivre jusqu'en salle de lecture.

- Super ! s'exclama Dened sans même tenter de cacher sa joie.

Quelques minutes plus tard, ils avaient rejoint la salle de lecture, où novices et prêtres se réunissaient chaque soir pour la veillée.

Dans l'immense cheminée, un grand feu crépitait, diffusant une douce chaleur et une lumière dansante sur les murs de pierre. Entre plusieurs tentures dédiées à la gloire de la déesse Alhéna se tenaient de lourdes bibliothèques de bois sombre remplies de livres. Au centre de la pièce, quelques tables et leurs bancs servaient aux novices, tandis que non loin de l'âtre, les prêtres avaient à leur disposition de confortables fauteuils. Le silence régnait ici entrecoupé des doux bruissements de pages que l'on tourne, chacun étant plongé dans la lecture d'un manuscrit.