les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 1 : L'incident Kaxido, page 14

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 1 : L'incident Kaxido, page 14 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 1 : L'incident Kaxido - Page 14 sur 21

 - Devons nous décoller ? répéta la voix tranquille de Vine.

Nadioska sursauta en entendant la voix de l’ordinateur de bord. Son cœur battait à toute allure dans sa poitrine. L’écran montrait à nouveau le Hall des Transactions. Elle se leva d’un bond et fixa le bâtiment. Malgré le nuage de poussière qui entourait les vaisseaux de Kerm et de Sebfo, empêchant ainsi de voir les détails, elle remarqua que le Hall était éventré et qu’une partie de son toit s’était effondrée.

 - Vine, scanne l’intérieur du Hall des Transactions. Y a-t-il des personnes vivantes à l’intérieur ? demanda-t-elle la voix légèrement tremblante.

 - Mes scanners indiquent la présence de plusieurs personnes. Certaines ont des signes vitaux décroissants. Je détecte la présence d’un très jeune humain.

Sans réfléchir davantage, elle se précipita vers le sas de sortie. Dehors, la fumée et les poussières soulevées par l’explosion rendaient l’air difficile à respirer. Elle se mit à courir vers le Hall des Transactions en se protégeant tant bien que mal le visage avec une main.

À plusieurs reprises, elle percuta des gens paniqués, parfois couverts de sang, qui couraient en sens inverse pour gagner l’une des sorties de l’astroport. À un moment, l’un d’entre eux l’agrippa par le bras. Son visage était tuméfié et du sang coulait de son cuir chevelu. Tout en s’accrochant à Nadioska, il se mit à hurler.

 - Aidez-moi ! Je vous en supplie ! Aidez-moi !

 - Lâchez-moi, grogna-t-elle tout en essayant de se dégager sans ménagement.

Réussissant enfin à se libérer de l’homme et suffoquant à moitié à force de respirer la poussière en suspension, elle reprit sa course vers le Hall. Arrivée au pied du bâtiment, elle constata qu’une des énormes portes de l’entrée était tombée à terre. Le haut du mur s’était partiellement effondré, ainsi que l’un des clochers ; il gisait au sol en barrant une partie de l'ouverture. Avec difficulté, elle réussit à se frayer un passage en escaladant les débris.

À l’intérieur du Hall régnait une chaleur anormale. Lorsque la première explosion avait eu lieu, le cuisinier de la gargote préparait le repas du soir. Il avait été projeté contre un récipient rempli d’huile bouillante qui s’était répandue sur le feu. Les matières inflammables s’étaient aussitôt embrasées, de même que le cuisinier. Son corps calciné ainsi que d’autres cadavres gisaient dans la pièce. La plupart avaient été tuées par l’effondrement du toit. Le feu, qui n’avait presque plus rien à consommer, s’éteignait lentement, tout en laissant une odeur âcre qui prenait à la gorge.