les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 1 : L'incident Kaxido, page 21

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 1 : L'incident Kaxido, page 21 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 1 : L'incident Kaxido - Page 21 sur 21

Derrière le trône, un immense bas-relief en bronze décorait une partie du mur. Il représentait une femme, les bras écartés, la main droite enflammée et la gauche tenant une étoile stylisée entre le pouce et l’index. Son regard était perçant et son visage avait une expression de dureté implacable.

La double porte de la salle s’ouvrit et un homme entra. Il portait une lourde armure bleu foncé, si bien entretenue que le métal scintillait presque. Il parcourut d’un pas énergique la distance qui le séparait du trône ; le claquement de ses semelles sur la pierre brisait le silence qui régnait dans la salle. Avec un infini respect, il s’agenouilla devant l’homme assis. Ce dernier releva lentement la tête, comme s’il abandonnait à contrecœur la lecture de son rapport.

Son visage, d’une grande beauté, possédait des traits fins et délicats, et ses cheveux noirs bouclés, parfaitement bien coiffés, tombaient en cascade sur ses épaules. Toutefois, la beauté de ce visage se trouvait en partie éclipsée par un détail bien étrange. L’iris de ses yeux était d’un bleu très pâle, presque blanc, entouré d’un cercle plus foncé couleur marine, ce qui donnait à son regard une intensité étrange et inquiétante.

Il fixa l’homme en armure bleue devant lui, avec une expression dénuée de tout sentiment.

 - Qu’y a-t-il lieutenant ? demanda-t-il d’une voix suave et légèrement dédaigneuse.

 - Seigneur, dit l’homme agenouillé. Trois cargos ont réussi à quitter la planète.

 - Trouvez-les, lieutenant ! ordonna-t-il exaspéré comme s’il trouvait déplacé qu’on le dérange pour si peu.

 - Oui, Seigneur, répondit le lieutenant en baissant les yeux au sol.

 - Trouvez-les et détruisez-les, reprit l’homme sur le trône alors qu’un étrange sourire apparaissait maintenant sur son visage. Je ne veux aucun témoin de cet… incident !

 - Oui, Seigneur. Il en sera fait comme vous le désirez.

 - Eh bien ! Disposez lieutenant ! ordonna sèchement l’homme sur le trône. Vous n’allez pas rester planté là toute la journée !

D’un mouvement de tête, le lieutenant salua son seigneur et se releva. Du même pas énergique, il quitta la salle sans se retourner.