les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 1 : L'incident Kaxido, page 4

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 1 : L'incident Kaxido, page 4 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 1 : L'incident Kaxido - Page 4 sur 21

De plus, les hangars possédaient une barrière de gande qui les entourait et qui pouvait au besoin se déployer et former un dôme protecteur. Lorsque les conditions météorologiques devenaient délicates ou lorsqu’un vaisseau nécessitait des réparations de longue durée, on déployait le dôme, mais la plupart du temps les hangars restaient ouverts.

Sans trop se presser, la jeune marchande arriva bientôt à l’entrée du Hall des Transactions. Ceux-ci avaient une étrange allure par rapport au reste du complexe. Si les cargos et les dômes des hangars avaient des formes douces et arrondies, les Halls, quant à eux, ressemblaient à ces vieilles cathédrales maintenant disparues dont Nadioska avait vu des représentations lorsqu’elle était à l’école.

Ils possédaient plusieurs toits pointus, tels des clochers dressés vers le ciel, et la jeune femme s’était souvent demandé dans quel but l’architecte qui les avait conçus les avait dessinés ainsi. Peut-être avait-il pensé que le Hall des Transactions représentait l’équivalent des cathédrales d’antan ?

« Vraiment, quelle curieuse idée ! » pensa-t-elle.

Devant l'entrée du Hall, un petit homme grassouillet et presque chauve faisait les cent pas, sûrement depuis un certain temps déjà, car quelques sillons commençaient à apparaître sur le sol de terre. Habillé d’une tunique crème qui lui descendait jusqu’aux genoux et qui recouvrait un large pantalon marron clair, il semblait quelque peu souffrir de la chaleur ambiante ; plusieurs auréoles sombres avaient déjà fait leur apparition sur sa tunique.

Apercevant Nadioska, il se précipita vers elle en affichant un sourire forcé. Après s'être essuyé le front avec un mouchoir qui avait dû être blanc à une époque, il ouvrit les bras de façon théâtrale en signe de bienvenue.

 - Ah ! Vous êtes Nadioska ! dit-il tout en effectuant de grands gestes frénétiques. Je m’appelle Lacsii. Vous m’apportez mon chargement de Siafosy ?

 - Oui, c’est ça, répondit la jeune femme sans enthousiasme.

 - Venez, venez ! Je vais vous régler la marchandise tout de suite et j’enverrai mes dockers décharger votre cargo. Vous comprenez, nous attendions le Siafosy depuis plusieurs jours maintenant. Nous sommes en rupture de stock et…

 - Oui, oui, je comprends, coupa-t-elle sèchement.