les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 1 : L'incident Kaxido, page 8

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 1 : L'incident Kaxido, page 8 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 1 : L'incident Kaxido - Page 8 sur 21

Il referma son livre-feuille et descendit de son siège improvisé. La femme prit son fils par les épaules et le poussa gentiment vers la porte d’où elle venait de sortir. Nadioska savait que les familles qui géraient les Halls des Transactions avaient des appartements qui leur étaient réservés au sein même du Hall. La porte derrière le comptoir devait donner accès à ces appartements.

Nadioska observait machinalement la mère et l’enfant, les pensées dans le vague, le coude gauche posé sur le comptoir et le visage reposant sur son poing fermé. Lorsque la femme passa devant la jeune marchande, elle leva les yeux et leurs regards se croisèrent. La femme s’arrêta alors brusquement de marcher et plissa les yeux en fixant Nadioska. Pendant un instant, elle l’observa, comme si elle venait de découvrir un nouvel animal inconnu jusqu’alors. L’enfant, étonné, regardait tour à tour sa mère et la jeune étrangère. Nadioska elle-même resta interdite, les sourcils légèrement levés.

Au bout d’un temps qui parut une éternité, la femme fit mine de vouloir dire quelque chose, mais elle se ravisa au dernier moment. Tout en poussant de nouveau son fils vers leur maison, elle jeta quelques coups d'œil interrogateurs par-dessus son épaule. Finalement, ils disparurent tous les deux par la porte que la femme referma derrière elle avec une étrange nervosité.

« Bizarre ! » pensa Nadioska interloquée. « Pourquoi m’a-t-elle regardée comme ça ? Ils sont plutôt curieux sur cette planète ! »

Tout en se posant des questions sur l'attitude insolite de la femme, elle reprit sans conviction ses recherches sur le terminal et décida d’élargir sa prospection aux planètes proches de Kaxido ; les flux marchands de cet endroit se révélaient décidément si peu variés qu’elle ne pouvait y trouver son bonheur. Elle finit par conclure qu'elle devrait probablement partir de cette planète avec une soute vide. Cela constituait une chose qu’elle n’appréciait pas, mais qui arrivait de temps à autre.

Quelques minutes plus tard, le responsable du Hall revint derrière son comptoir ; il s'approcha de Nadioska en affichant un sourire chaleureux. Assez grand, il avait une allure distinguée, même s'il ne portait sur lui que des vêtements tout à fait ordinaires. Tout comme la femme venue chercher son fils, quelque chose en lui donnait l’étrange impression qu’il ne se trouvait pas à sa place dans ce lieu.

Nadioska avait rencontré beaucoup de responsables de Halls et la plupart d’entre eux étaient d’anciens Petits Marchands désabusés qui avaient décidé de s’installer quelque part pour finir leur vie. Lui apparaissait différent, jeune, distingué et aimable, elle trouvait cela à la fois surprenant et fortement agréable.