les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 2 : Étrange rencontre, page 12

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 2 : Étrange rencontre, page 12 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 2 : Étrange rencontre - Page 12 sur 23

Pendant que son oncle et sa tante s’affairaient à préparer une collation titanesque, Nadioska regardait la foule joyeuse qui fêtait le carnaval de la vie dans la rue juste sous ses fenêtres. Liije s’était approché et, debout sur la pointe des pieds pour mieux voir ce qu'il se passait en bas, observait le défilé de chars avec curiosité.

 - Qu’est-ce que tu vas leur dire, lui demanda-t-il sans quitter des yeux un char constitué de grosses fleurs jaunes et roses.

 - La vérité je pense, répondit-elle. C’est ma seule famille, tu sais. Je ne me vois pas leur raconter n’importe quoi.

Liije quitta le char des yeux et se tourna vers Nadioska.

 - Et tes parents ? demanda-t-il avec curiosité.

 - Ils sont morts, il y a plusieurs années de cela.

 - Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

 - Il y a eu un tremblement de terre, expliqua-t-elle. Ils sont morts dans les décombres de notre maison. J’étais juste à quelques mètres d’eux et je n’ai rien eu… c’est bien étrange la vie.

 - Ah, d’accord, murmura Liije en baissant les yeux.

Les sourcils froncés et les yeux fixés sur le sol de l’appartement, il sembla réfléchir intensément pendant plusieurs secondes.

 - C’est normal, dit-il finalement en haussant les épaules.

 - Normal ? s’exclama Nadioska en se tournant vivement vers lui.

La porte du salon s’ouvrit et Dulcénéa entra, portant un plateau qui disparaissait sous une multitude de gâteaux. Liije ouvrit des yeux immenses, fasciné par l’abondance de ce goûter. Elian entra à son tour, portant tasses et théière.

 - Asseyez-vous donc, mes enfants, dit Dulcénéa en présentant des sièges. Est-ce que tu bois du thé ou bien est-ce que tu préférerais un jus de fruits, demanda-t-elle à Liije.

 - Un jus de fruits, s’il vous plaît, madame, répondit le garçon.

 - Oh, qu’il est mignon ! Tu as vu comme il est poli, s’exclama-t-elle en se tournant vers son mari.

 - C’est vrai, confirma Elian. Comment t’appelles-tu mon garçon ?

 - Liije, monsieur.

 - Et d’où viens-tu Liije ?

Le garçon jeta un coup d’œil interrogateur à Nadioska. Cette dernière décida qu’il était temps pour elle de prendre la parole. Pendant que Liije engloutissait des gâteaux sous les encouragements répétés de Dulcénéa, elle raconta en détail les évènements des derniers jours.