les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 2 : Étrange rencontre, page 13

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 2 : Étrange rencontre, page 13 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 2 : Étrange rencontre - Page 13 sur 23

 - Hum, je vois, finit par dire son oncle. Nous avions entendu parler des événements sur Kaxido, mais nous n’avions pas prêté attention aux noms des cargos recherchés. Nous ne savions pas que tu étais l’une des personnes qui avaient réussi à partir. L’affaire est grave, dit-il après avoir fait un pause. Sais-tu que cela fait bien longtemps qu’un évènement pareil n’était pas arrivé dans la Confédération ?

 - Des centaines d’années, je crois, avança la jeune femme.

 - Plus que cela, affirma Elian. Je ne suis pas sûr que tu doives suivre les conseils de l’homme que tu as rencontré. Mieux vaudrait que tu ailles voir l’APC. Dis-leur ce qu’il s’est passé. Tu n’as rien à te reprocher.

Liije ouvrit de grands yeux et secoua la tête avec frénésie. Les joues gonflées par le gâteau qu’il était en train de manger l’empêchaient d’émettre le moindre mot.

 - Mon garçon, tu es un peu jeune pour comprendre ce qu’il se passe, lui expliqua gentiment Elian. Crois-moi, dit-il en s’adressant de nouveau à Nadioska. Va voir l’APC.

 - Ton oncle a raison, renchérit Dulcénéa. Que veux-tu faire sinon ? Plus tu attends, plus tu seras suspectée. L’APC a déjà lancé un avis de recherche. Pour l’instant, tu es simplement considérée comme témoin. Ça risque de ne pas durer. Va voir l’APC, ma chérie.

Liije avait cessé de manger et regardait Nadioska, son petit visage étrangement grave. La jeune femme ne savait toujours pas quelle décision prendre. Les yeux dans le vague, elle but quelques gorgées de son thé maintenant presque froid. Dehors, les gens s’amusaient ; des pétards explosaient, des gens riaient, les chars continuaient à défiler en diffusant leurs musiques. Le soleil était au rendez-vous en incitant à la détente. Elle se tourna vers Liije.

 - Ça te dit de faire un tour dehors ? lui demanda-t-elle.

 - Oui, répondit le garçon les yeux soudain emplis d’excitation.

 - Je prendrai ma décision au retour, dit-elle à l’intention d’Elian et de Dulcénéa. Nous reviendrons dans une heure ou deux.

 - Bien, ma chérie, dit sa tante. J’espère que tu prendras la bonne décision.

 - Moi aussi, murmura Nadioska.

Dehors, la foule joyeuse dansait dans les rues en agitant les bras sur le passage des chars. Un peu à l’écart, mais pas trop loin tout de même, des marchands de sucreries et de fleurs vendaient leurs marchandises avec des sourires satisfaits. Le carnaval était l’occasion pour eux d’augmenter leurs prix de façon significative.