les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 2 : Étrange rencontre, page 16

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 2 : Étrange rencontre, page 16 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 2 : Étrange rencontre - Page 16 sur 23

Nadioska l’observa en coin. Elle n’avait vu aucune menace. Pourquoi cet homme agissait-il comme s’ils étaient poursuivis ?

 - Je ne vois vraiment pas pourquoi je vous suis, bougonna-t-elle au bout d’un moment.

L’homme se tourna vers elle et abandonna tout à coup l’attitude inquiète qu’il avait une seconde auparavant. Un immense sourire éclaira son visage.

 - Vous me suivez parce que je suis tout simplement irrésistible ! dit-il sur un ton joyeux. Allez avouez-le !

Stupéfaite par cette réponse, elle resta bouche bée, incapable de répliquer.

 - Oui, je sais, enchaîna l’homme en s’amusant à prendre un ton suffisant, je fais souvent cet effet-là aux femmes !

 - Ah ! Ça alors ! s’exclama Nadioska. Ce n’est pas la modestie qui vous étouffe !

L’homme éclata de rire et lui adressa un clin d’œil malicieux.

 - Puis-je au moins savoir votre nom ? reprit-elle d’un ton grincheux.

 - Je m’appelle Djeid, ma petite ! répondit-il en souriant.

 - Ma petite ! s’exclama Nadioska outrée. Il me semble que nous avons à peu près le même âge ! Vous n’avez pas à m’appeler comme ça !

 - Ah ! Il ne faut pas se fier aux apparences, dit-il en prenant des airs de grand sage. Car les apparences sont souvent trompeuses, mon enfant !

 - Vraiment ? Et quel âge avez-vous donc ? demanda-t-elle.

 - Plus que vous ne le pensez, affirma-t-il les yeux pétillants de malice.

Ils prirent encore deux nouvelles rues et arrivèrent en vue de l’astroport commercial. L’inconnu était redevenu sérieux ; tout en marchant, il observait les alentours et continuait, de temps à autre, à jeter des coups d’œil derrière lui. Devant l’attitude de cet homme, Nadioska commençait à sentir une certaine nervosité monter en elle.

Ils franchirent rapidement la porte sud-est de l’astroport.

 - Venez ! dit-il. Il faut faire vite. L’APC est en train de se renseigner sur l’emplacement de votre cargo.

 - Comment savez-vous cela ? le questionna Nadioska.

 - Je le sais. C’est tout, répondit-il.

 - Vous inventez tout ça pour me faire peur !