les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 2 : Étrange rencontre, page 17

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 2 : Étrange rencontre, page 17 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 2 : Étrange rencontre - Page 17 sur 23

 - Non, dit-il en la regardant gravement. Je ne peux rien vous dire pour le moment. Je suis vraiment désolé. Il faut me faire confiance.

Pour la première fois, elle sentit que l’homme était vraiment sincère. Il accéléra le pas et Liije dut courir pour suivre le rythme imposé. Ils empruntèrent le chemin le plus direct pour arriver au hangar du Vinestan.

 - Vous saviez où était mon cargo ? s’étonna Nadioska.

 - Je vous observe depuis que vous avez quitté Kaxido, lui répondit Djeid.

 - Pourquoi ?

 - Parce que je suis votre ange gardien, dit-il en retrouvant provisoirement son sourire malicieux.

Nadioska haussa les épaules.

 - N'importe quoi, bougonna-t-elle.

Arrivée aux pieds du cargo, elle posa sa main sur le capteur digital installé à droite du sas d’entrée. Une lumière apparut sur le capteur et après analyse de la paume de la jeune femme, le sas s’ouvrit.

Liije entra en premier ; Nadioska se tourna alors vers Djeid dans le but de lui dire un éventuel « merci » et un « au revoir » certain. Lui regardait avec insistance le bout de l’allée où des hommes étaient en train de s’approcher. Malgré la distance, Nadioska vit qu’ils portaient les uniformes bleu marine des agents de l’APC.

 - Vite, dit Djeid en la poussant à l’intérieur et en entrant à son tour dans le cargo.

 - Mais… ? protesta la jeune femme.

 - Je vais vous conduire dans un endroit sûr. Si je ne prends pas les choses en mains, vous allez finir par vous faire tuer bêtement.

 - Mais… ?

 - Allez ! Au poste de pilotage jeune fille ! insista-t-il. Et plus vite que ça ! Nous avons très peu de temps devant nous.

Il poussa Nadioska en avant. La jeune femme soupira, renonçant à se battre, et ils se dirigèrent tous deux vers le cockpit. Liije s’était déjà assis sur le siège du copilote et attendait bien sagement.

Alors que Nadioska s’installait à sa place habituelle, Djeid posa une main sur l’un des haut-parleurs qui permettait de diffuser la voix synthétique de l’ordinateur de bord, juste au-dessus du siège du pilote.

 - Qu’est-ce que vous faites ? demanda-t-elle intriguée.

L’homme ne répondit pas. Ses yeux étaient devenus fixes et il fronçait légèrement les sourcils comme s’il se concentrait sur quelque chose.