les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 3 : Néthias Hope, page 11

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 3 : Néthias Hope, page 11 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 3 : Néthias Hope - Page 11 sur 20

 - Voilà, comment je suis récompensé, dit-il en s’adressant toujours à Liije. Je l’aide. Je me sacrifie pour elle. Je vais même jusqu’à risquer ma propre vie ! Et voilà ! Même pas un simple merci. Tu trouves ça normal, toi ?

 - Non, répondit Liije avec sérieux. Ce n’est pas très gentil.

 - Ah ! s’exclama Djeid radieux. Vous voyez Nadioska ! Même le garçon le dit ! Vous pourriez être un peu plus gentille avec moi !

Elle leva les yeux au plafond. Pourquoi se fatiguer à lui répondre ? C’était peine perdue, il allait encore la tourner en ridicule de toute façon. Quel type agaçant ! Elle ne savait pas d’où il venait et ce qu’il voulait, mais en tout cas, ce qui était sûr c’est qu’elle avait parfois beaucoup de mal à le supporter.

Ils descendirent les escaliers et Djeid les guida ensuite vers la salle à manger. C’était une grande pièce dont le sol et les murs étaient recouverts de bois précieux à la couleur sombre. Dans une grande cheminée de marbre blanc, un feu brûlait en crépitant. Une table en bois, où une bonne trentaine de personnes pouvaient s’attabler sans se gêner, prenait tout le centre de la salle.

Une grande fresque décorait entièrement le plafond. Elle représentait un homme en habit de velours rouge tenant une épée d’or au-dessus d’une foule de paysans agenouillés devant lui. L’homme semblait les bénir. Son visage était sévère, mais son attitude protectrice. Au loin, on pouvait voir des champs brûler et de lourds nuages noirs s’amonceler.

Nadioska et Liije regardaient tous deux au plafond dans une sorte de contemplation rêveuse, lorsque Néthias s’approcha d’eux en souriant.

 - Mademoiselle, vous êtes absolument charmante dans cette robe, dit-il d’un ton courtois. Je suis ravi de vous avoir pour dîner. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu à ma table une jeune femme aussi séduisante que vous.

Elle se sentit rougir de la tête aux pieds, pendant que Djeid souriait de toutes ses dents en l’observant.

 - Oh ! Veuillez pardonner un vieil homme qui a peu de compagnies, s’excusa Néthias devant l’embarras de Nadioska. Je ne souhaitais pas vous troubler. Venez prendre place.

Il prit délicatement la main de Nadioska et la conduisit vers la table. Il lui présenta une chaise sur laquelle elle prit place. Du coin de l’œil, elle observa Djeid qui était en train de parodier leur hôte. Le jeune homme avait fait une petite courbette devant Liije et s’était précipité pour lui présenter un siège. Le garçon, qui jouait la comédie avec plaisir, s’assit sur le siège et fit un léger signe de remerciement de la tête.