les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 3 : Néthias Hope, page 12

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 3 : Néthias Hope, page 12 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 3 : Néthias Hope - Page 12 sur 20

Nadioska leur lança un regard meurtrier, ce qui eut pour effet de faire apparaître un sourire radieux sur le visage de Djeid. Elle haussa les épaules et reporta son attention sur Néthias qui s’était assis à sa droite, en bout de table.

Lorsque Djeid eut pris place à son tour, Néthias fit un léger signe de la main en direction d’un homme qui se tenait à côté d’une porte au fond de la salle à manger. Ce dernier inclina la tête et sortit. Il revint quelques instants plus tard, accompagné par d’autres serviteurs qui apportaient les mets. Le dernier qui entra ne portait pas de plat, mais une bouteille remplie d’un liquide vermillon.

 - Mon ami, dit Néthias en s’adressant à Djeid, je t’ai réservé une petite surprise.

Il fit un signe à l’attention de son sommelier et ce dernier versa quelques gouttes de vin dans le verre du jeune homme. Djeid prit le verre délicatement et en huma le contenu avec un air de profonde satisfaction sur le visage. Il trempa ses lèvres dans le breuvage et le dégusta les yeux fermés.

 - Néthias, dit-il au bout d’un moment, c’est de loin ton meilleur cru. Il est parfait !

 - Je savais que tu apprécierais, dit Néthias avec plaisir. Je le gardais en réserve pour toi. Il est dommage que tu ne viennes pas me voir plus souvent.

 - Je sais, répondit le jeune homme en soupirant, mais ces derniers temps, j’ai été pas mal occupé. Quand le devoir appelle, il n’y a plus de place pour les petits plaisirs de la vie ! Il faut faire un choix.

 - Hum ! Pourtant d’après ce que je sais, reprit Néthias, il me semble bien que de temps à autre, tu arrives à lier les deux. Que s’est-il passé exactement sur Sladi ? J’ai entendu dire qu’une certaine Madame Éléonore ne s’était pas remise de ton départ. Il paraît qu’elle pleure tous les jours et dit à qui veut l’entendre qu’elle n’aimera plus jamais un homme de sa vie.

 - Oh ! Ce n’est rien ! dit Djeid en haussant les épaules. Cette femme a une tendance naturelle au mélodrame. Crois-moi, elle s’en remettra. Surtout qu’avec la fortune qu’elle possède maintenant, je suis persuadé qu’elle n’aura aucun mal à remplacer son feu mari et à m’oublier.

 - Vous dîtes… Madame Éléonore ? intervint Nadioska. N’est-ce pas la femme de Reixa Nang du Conglomérat d’Arode ? Il était le dirigeant du Conglomérat avant de mourir bizarrement il y a environ deux mois, alors qu’il n’avait que 35 ans.