les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 3 : Néthias Hope, page 2

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 3 : Néthias Hope, page 2 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 3 : Néthias Hope - Page 2 sur 20

La jeune femme sursauta en étouffant un cri ; elle avait eu l’impression que son cœur avait presque jailli de sa poitrine. Elle se retourna d’un bloc en fusillant Djeid du regard.

 - Vous étiez réveillé ? cria-t-elle. Vous m’avez fait peur !

 - Oui, j’ai vu ça, répliqua-t-il en riant.

 - Vous êtes vraiment…

Elle préféra ne pas terminer sa phrase et entra dans la cuisine en bougonnant. Djeid s’assit sur le divan et s’étira longuement.

 - Vous êtes bien matinale jeune fille, dit-il en bâillant.

Après avoir allumé dans la cuisine, elle s’activa à préparer un petit-déjeuner. Bien sûr, elle l’avait entendu, mais avait décidé de ne pas lui répondre. Ce qu’il pouvait être agaçant ! Toujours en train de se moquer d’elle.

Djeid se leva et entra dans la cuisine à son tour. Il s’appuya nonchalamment contre l’un des murs, et resta là, debout, les bras croisés, un sourire sur le visage. Ses longs cheveux étaient en bataille et un début de barbe avait fait son apparition. Nadioska lui jeta un rapide coup d’œil, tout en continuant à préparer le repas.

 - Pourquoi avez-vous dormi sur le divan du salon ? lui demanda-t-elle d’un air renfrogné. Il y a quatre chambres dans ce cargo.

 - À vrai dire, répondit Djeid en haussant les épaules, j’ai assez peu l’habitude de dormir dans une chambre.

 - Pourquoi ça ? demanda-t-elle curieuse.

 - J’ai un style de vie assez particulier, avoua-t-il en affichant une légère moue. Je suis toujours à droite et à gauche, et il m’arrive très souvent de ne pas avoir d’endroit pour dormir… enfin pas d’endroit décent, je veux dire.

 - Et ça ne vous gêne pas ? répliqua-t-elle étonnée.

 - Non ! Au contraire ! répondit-il d’un air joyeux. J’ai choisi cette vie et elle me convient tout à fait. Je n’en changerais pas pour tout l’or du monde ! Je suis libre !

Nadioska fit une pause dans sa préparation et fixa Djeid avec une étrange insistance, comme si elle essayait de lire dans ses pensées.

 - Qui êtes-vous réellement ? murmura-t-elle.

Le jeune homme sourit, mais cette fois-ci son sourire ne semblait ni ironique, ni moqueur, mais presque tendre. Il hésita à répondre, mais alors qu’il s’apprêtait à parler, Liije entra dans la cuisine.

 - Bonjour ! dit le garçon en clignant des yeux sous la lumière crue.

 - Bonjour Liije, répondit Nadioska. Tu as bien dormi cette nuit ?