les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 3 : Néthias Hope, page 6

Accueil > Lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 3 : Néthias Hope, page 6 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 3 : Néthias Hope - Page 6 sur 20

 - Tous ces tableaux ont été laissés à l’abandon durant des années, reprit-il. Lorsque j’ai hérité de cette maison, la première chose que j’ai faite, ce fut de redonner une nouvelle vie à ces œuvres. J’ai dépensé des sommes d’argent colossales dans l’entreprise, mais je suis heureux de savoir que ces tableaux sont à présent protégés des assauts du temps… et des jeunes filles qui essayent de savoir s’ils ont été peints à la main.

Nadioska se sentit subitement rougir. Néthias sourit gentiment et reprit de sa voix douce et profonde.

 - Nous n’avons pas besoin d’art pour vivre. Nous avons besoin de manger, de boire, de respirer et puis de nous reproduire également. Mais l’art ! Non, nous n’en avons pas besoin pour vivre. Et pourtant, chaque fois qu’un animal accède à une intelligence dite supérieure, il se met à peindre, il fait de la musique, il sculpte le marbre, il invente des histoires qu’il retranscrit en symboles sur de la pierre, ou du papier. Il transforme les objets courants en œuvres d’art, en ciselant la garde de son poignard de motifs alambiqués, en ajoutant des broderies à ses vêtements, en décorant sa table de tissus colorés. Pourquoi fait-il donc cela ? Pourquoi fait-il donc une chose si inutile ?

De nouveau, Nadioska resta silencieuse, ne sachant que dire, tandis que Néthias semblait plongé dans la contemplation du portrait de son aïeule.

 - Parce ce que lorsqu’un animal accède à la conscience, reprit-il dans un murmure, il a autant faim de beauté qu’il a faim de nourriture.

Il sortit de sa contemplation et regarda Nadioska dans les yeux. Encore une fois, elle se sentit mal à l’aise. Cet homme l’impressionnait énormément et elle reporta son attention sur le tableau pour se donner le change.

 - Les sociétés les plus avancées sont celles qui mettent l’art au-dessus de tout, reprit Néthias en souriant. Car l’art est un vrai trésor, le seul vrai trésor que quelqu’un puisse posséder. Malheureusement, ce n’est pas la voie qu’a choisie notre Confédération. Elle croit en l’argent et le pouvoir, et c’est par cela qu’elle va succomber.

 - Vous croyez que la Confédération est en danger ? s’exclama la jeune femme.

 - Oh, bien sûr qu’elle l’est, mon enfant. La Confédération est en train de rendre l’âme.