les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 4 : Chez les pirates (page 12)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 4 : Chez les pirates, page 12 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 4 : Chez les pirates - Page 12 sur 22

 - Non merci ! répondit-elle en regardant autour d’elle d’un air dégoûté. Je crois que c’est pas trop mon truc ce genre d’endroit !

 - Oh ! Faut pas se fier aux apparences, p’tite demoiselle ! s’écria Lémir visiblement vexé, comme si la jeune femme venait de critiquer la décoration de sa propre maison. La Confrérie a des moyens pécuniaires non négligeables ! Seulement, elle préfère le dépenser dans des trucs utiles ! Ici, c’est une cache, pas un palace pour y passer des vacances de luxe !

 - Peut-être, mais je n’ai pas envie de vivre comme ça.

 - Ah, oui, dit Lémir en ricanant. Et vous allez vivre comment maintenant ? Vous allez continuer votre métier comme si de rien n’était ? Je vais vous dire un truc, ma belle. Même si par miracle vous trouvez un arrangement avec l’APC, vous aurez quand même l’Ordre sur le dos.

 - L’Ordre ? s’étonna-t-elle. C’est quoi ?

 - Vous ne savez pas ce qu’est l’Ordre ? s’esclaffa-t-il. Djeid ne vous a rien dit ?

 - Non. Il ne m’a absolument rien dit.

L’homme éclata d’un rire tonitruant qui résonna dans tout le réfectoire. Les autres pirates ne lui prêtèrent aucune attention et Nadioska se dit qu’après plusieurs verres d’alcool, la chose devait être sacrément courante ici.

 - Elle est recherchée par l’Ordre et elle ne le connaît même pas !continua Lémir en s’étouffant à moitié de rire.

 - Ah, oui ! Comme c’est drôle ! dit Nadioska crispée.

Elle n’aimait pas cet homme. Il était sournois, vicieux et Dieu sait quoi encore. Djeid avait de drôles d’amis ! Elle rongea son frein en attendant que Lémir se calme un peu.

 - Pourriez-vous me dire ce que c’est cette histoire d’Ordre ? demanda-t-elle sèchement une fois que l’homme eut cessé de s’esclaffer.

Il se pencha alors au-dessus de la table, et tel un conspirateur, il se mit à parler en murmurant et en jetant des coups d'œil par-dessus son épaule.

 - L’Ordre Nouveau, ma p’tite demoiselle ! L’Ordre Nouveau !

 - D’accord ! dit-elle en essayant de conserver son calme. Et c’est quoi ?

 - Un groupe de gens réunit autour d’un type qui se prend pour un dieu ! C’est le genre société secrète, avec des rites d’entrée et tout le bazar.