les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 4 : Chez les pirates (page 15)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 4 : Chez les pirates, page 15 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 4 : Chez les pirates - Page 15 sur 22

Il se leva et se dirigea vers un homme qui venait d’entrer dans le réfectoire. Il était grand, maigre et possédait un visage sévère. En l’observant, Nadioska trouva qu’il avait quelques ressemblances avec certains oiseaux de proie, sans doute à cause de son nez recourbé. L’homme parla avec plusieurs pirates attablés ; il avait avec eux une attitude bienveillante, tel un père protégeant ses enfants. Il donna quelques tapes amicales dans le dos d’un pirate, puis continua d’avancer dans le réfectoire.

Lémir s’approcha et se courba légèrement devant lui. On aurait dit un domestique servile, prêt à tout pour plaire à son maître et monter dans l’échelle sociale. Décidément, elle n’aimait pas cet homme. Comment se faisait-il que Djeid le considérait comme un ami ? Il lui fournissait sûrement des informations utiles, vu que l’homme semblait être une vraie fouine, mais de là à le considérer comme un ami, il y avait une sacrée marge.

Lémir pointa Nadioska du doigt et l’homme au visage d’oiseau de proie acquiesça d’un léger signe de tête. Ils s’avancèrent tous les deux vers la jeune femme. Elle décida qu’il vaudrait mieux jouer le jeu et montrer qu’elle était prête à être arrangeante avec le dirigeant de l’endroit. Elle se leva donc pour saluer d’un léger signe de tête.

 - Puis-je vous présenter une nouvelle recrue, monsieur ? dit Lémir d’une voix si mielleuse que Nadioska ne put s’empêcher de faire une moue de dégoût.

 - Bien sûr Lémir ! répondit l’homme tandis qu’un léger sourire apparaissait sur son visage.

 - Voici Linelle, la fille d’un de mes plus chers amis. C’est un bon pilote.

 - Ah, oui, je vois, dit-il en observant la jeune femme d’un air qui était redevenu sévère. Dis-moi Lémir, me prendrais-tu pour un idiot ?

 - Oh non, monsieur, répondit le pirate avec précipitation.

 - Tu crois franchement que je ne suis pas au courant des cargos qui atterrissent sur ma base ? Je sais qui est cette femme… et elle n’est pas spécialement la bienvenue ici.

 - Mais, monsieur…, balbutia Lémir.

 - Qu’elle soit recherchée par l’APC, passe encore, reprit l’homme en ignorant Lémir. Nous le sommes tous ici. Mais il y a plus que cela.

Il toisa longuement la jeune femme qui préférait pour le moment ne pas dire un mot. Un silence pesant s’établit, pendant lequel Nadioska sentit une peur sourde monter en elle. Elle avait l’impression qu’un poids pesait lourdement sur sa poitrine et qu’elle avait de plus en plus de mal à respirer. Finalement, l’homme reprit la parole.