les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 4 : Chez les pirates (page 16)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 4 : Chez les pirates, page 16 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 4 : Chez les pirates - Page 16 sur 22

 - Elle a l’autorisation de rester pour le moment. Mais si j’entends la moindre rumeur selon laquelle on la recherche chez nous, elle devra partir immédiatement.

 - Oui, monsieur, dit Lémir avec soulagement.

Après un dernier coup d’œil, l’homme s’éloigna pour rejoindre un autre groupe de pirates attablés.

 - Sympa votre patron, murmura Nadioska.

 - Oh, vous ne l’avez pas vu sous son meilleur jour. C’est quelqu’un de juste, vous savez. Il fait beaucoup pour la Confrérie et il a énormément de responsabilités. Vous rendez-vous compte qu’il doit veiller à ce que tout se passe bien ici ? La vie des pirates du secteur est entre ses mains. Si un jour vous avez ce genre de responsabilité, vous pourrez vous permettre de le juger.

Nadioska eut un sursaut d’étonnement. Tout à coup, Lémir lui apparaissait sous un jour différent. Peut-être que finalement il cachait bien son jeu. Peut-être qu’il était bien plus intelligent qu’il se donnait la peine de le paraître. Peut-être que Djeid avait raison de le considérer comme un ami.

L’occasion était trop belle pour apprendre des choses sur Djeid. Elle se rassit à la table et trempa ses lèvres dans la boisson alcoolisée, mais sans en boire une seule goutte. Elle n’aimait pas trop l’alcool et d’ailleurs elle le supportait assez mal. D’un autre côté, boire un verre avec un pirate permettrait sûrement de le faire parler plus facilement.

 - Parlez-moi un peu de Djeid, dit-elle en adoptant à son tour un ton doucereux.

 - Djeid ? dit Lémir en s’attablant et en reprenant son verre de bière. Oh, ça fait des années que je le connais.

 - Où l’avez-vous rencontré ? demanda-t-elle en se forçant à prendre un sourire charmeur.

 - Sur une planète quelconque dont j’ai oublié le nom, répondit-il en faisant la moue. J’étais dans une situation un peu délicate.

 - Ah oui ?

 - Oui, mais je préfère en passer les détails, dit-il avec une légère grimace. Et donc, j’étais en mauvaise posture, quand tout à coup Djeid est arrivé d’on ne sait où et m’a sauvé la mise. Depuis, il me contacte de temps à autre pour me demander quelques petits services… en échange de quelques menues bricoles.

 - Quel genre de service ?