les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 4 : Chez les pirates, page 20

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 4 : Chez les pirates, page 20 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 4 : Chez les pirates - Page 20 sur 22

 - Qu’est-ce c’est ? hurla Nadioska pour se faire entendre de Lémir.

 - On est repéré ! hurla-t-il à son tour.

 - L’APC ?

 - Aucune idée. Continuez par ce couloir en face et suivez-le jusqu’au bout. Vous retrouverez le hangar où est votre cargo. Décollez et fuyez ! Je dois aller rejoindre mon cargo dans un autre hangar. Bonne chance petite !

Lémir lui fit au revoir de la main et se mit à courir en direction du pont, laissant la jeune femme et le garçon perdus et affolés. La sirène d’alarme continuait à hurler de toute la force de ses haut-parleurs.

Nadioska prit la main de Liije et ils se mirent à courir tous deux le long du couloir indiqué par Lémir. Ils n’avaient fait que quelques mètres lorsque l’astéroïde tout entier se mit à trembler. Dans le même temps, ils entendirent un bruit sourd qui ressemblait à une explosion. Ils perdirent tous deux l’équilibre et se retrouvèrent à plat ventre sur le sol rocheux.

Derrière eux, un énorme crissement métallique se fit entendre ; la jeune femme tourna la tête. Le pont qu’ils avaient traversé, si peu de temps auparavant se pliait de façon inquiétante. Le sol continuait de vibrer comme lors du tremblement de terre de Befsal. Un des pylônes du pont lâcha et toute la structure métallique s’effondra dans le gouffre. Nadioska tenta de se relever, mais une secousse plus forte la projeta de nouveau au sol.

La sirène continuait de hurler, mais elle avait d’étranges ratés comme si l’énergie, qui la faisait fonctionner, lui arrivait par à-coups. Les bruits d’explosions devenaient de plus en plus forts et l’un d’entre eux réussit à couvrir le hurlement de l’alarme pendant un instant.

Un morceau de roche se détacha d’un mur et vint s’écraser à quelques centimètres de Liije, dans un nuage de poussière. Nadioska réussit à se remettre debout avec peine et aida le garçon à faire de même. Le sol tremblait de plus en plus et la jeune femme dut s’appuyer contre le mur pour continuer à progresser.

 - Nade, j’ai peur, hurla Liije.

 - Moi aussi. Mais on va s’en sortir ! Encore un effort, on n’est plus très loin du hangar.

Dans un bruit de crissement, une des barres métalliques de la structure de la base se plia au-dessus de la tête de la jeune femme. Elle leva les yeux pour constater que toutes les barres métalliques, qui maintenaient en place la roche du plafond, étaient en train de se tordre. Le couloir, dans lequel ils se trouvaient, s’effondrait sur eux.