les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 4 : Chez les pirates, page 3

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 4 : Chez les pirates, page 3 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 4 : Chez les pirates - Page 3 sur 22

 - D’accord, répondit la jeune femme d’une voix peu assurée.

 - Au revoir jeune Nadioska, et bonne chance !

 - Merci monsieur.

Néthias se tourna alors vers Liije et passa une main dans les cheveux du garçon.

 - Au revoir jeune homme et prends soin d’elle, dit-il avec un sourire tendre.

 - Désolé d’écourter les adieux, coupa Djeid, mais le temps presse. Venez tous les deux !

Il accompagna Nadioska et Liije jusqu’au Vinestan, tout en continuant à donner des conseils en chemin.

 - Nade, si jamais il m’arrive quelque chose, je vais donner la consigne à des amis à moi pour vous retrouver. Ils s’appellent Ilane et Iridryss. Ils ont le même âge que moi. Ilane a à peu près ma taille, les cheveux blancs coupés au carré avec une frange sur le front et il a l’habitude de se maquiller. Il est un peu étrange, vous verrez, mais j’ai confiance en lui, c’est mon meilleur ami. Iridryss est une femme aux cheveux noirs très courts, un peu plus grande que vous et qui parle assez peu. S’ils viennent vous chercher, ils viendront ensemble. Si d’autres personnes vous disent qu’ils viennent de ma part, ne les croyez pas. N’ayez confiance en aucun étranger. Méfiez-vous également des pirates. Seul Lémir est digne de confiance. Ne dites pas qui vous êtes aux personnes que vous allez rencontrer là-bas. Si on vous pose des questions, dites que vous voulez rejoindre la Confrérie. Lémir couvrira votre histoire si besoin.

 - Bien, mais je…, balbutia Nadioska.

 - Bonne chance, coupa Djeid. Faites attention à vous.

Il la prit par les épaules et lui donna un léger baiser sur la joue. La jeune femme en fut très surprise, mais elle le laissa faire sans protester. Elle sentit son cœur battre un peu plus vite et se fustigea intérieurement pour cette réaction involontaire si stupide.

 - Allez-y, reprit Djeid. Le temps presse.

Nadioska ouvrit le sas du Vinestan ; Liije et elle entrèrent dans le cargo. Elle avait un léger pincement au cœur, mais elle se força à ne pas regarder en arrière. En traînant un peu les pieds, elle se dirigea vers le cockpit, puis s’installa pour prendre les commandes.

 - Vine, nous décollons, dit-elle. Calcule les coordonnées vers le système Xivo.

 - Le système qui porte ce nom ne présente aucune planète habitable, répondit l’ordinateur de bord. Êtes-vous sûre que vous souhaitez vous rendre là-bas ?