les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 4 : Chez les pirates, page 4

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 4 : Chez les pirates, page 4 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 4 : Chez les pirates - Page 4 sur 22

 - Oui, Vine, affirma-t-elle. Ce n’est pas une erreur.

 - Je commence mes calculs.

La jeune femme suivit les conseils de Néthias et se dirigea vers le nord tout en restant dans l’atmosphère de la planète. Arrivée au pôle, elle prit de l’altitude et sortit de l’orbite. Vine avait terminé ses calculs depuis bien longtemps et ils effectuèrent le saut sans avoir été repérés par l’APC.

 - Vine, combien de temps avant d’arriver à destination ? demanda Nadioska.

 - 42 heures et 26 minutes, répondit-il.

Nadioska soupira. Maintenant qu’elle se sentait parfaitement réveillée, elle prenait toute la mesure de la situation. Un mélange de tristesse et d’appréhension montait peu à peu en elle. Elle se tourna vers Liije. Assis comme à son habitude sur le siège du copilote, le garçon regardait Nadioska, les sourcils froncés et une moue prononcée sur le visage.

 - À ton avis, comment ça va se passer pour Djeid, demanda-t-il une pointe d’inquiétude dans la voix.

 - J’en ai aucune idée, je ne sais même pas où il va aller et ce qu’il va faire, répondit-elle avec un geste d’impuissance.

 - En tout cas, ça avait l’air d’être dangereux.

 - Ça avait l’air, oui, murmura-t-elle. Mais j’ai l’impression qu’il a l’habitude de faire des choses dangereuses.

Le garçon se mit à sourire.

 - Je crois qu’il t’aime bien, dit-il avec un air malicieux.

 - Ah ? Eh bien ! Heu… pourquoi tu dis ça ?

 - Il t’a embrassée tout à l’heure.

 - Oh, heu… oui… ce n’était rien, juste sur la joue, ça ne veut rien dire.

 - Je suis sûr qu’il t’aime bien, insista le garçon en riant.

 - Bien ! coupa Nadioska pour changer de conversation. Qu’allons-nous faire pendant 42 heures et 26 minutes ?

 - Il reste à présent, 42 heures et 25 minutes avant l’arrivée à destination, rectifia la douce voix de l’ordinateur de bord.

 - Merci pour cette précision Vine ! C’est bien aimable ! répliqua Nadioska d’un ton narquois.

 - C’est normal ! Je suis programmé pour vous servir, répondit l’ordinateur sans avoir noté le ton railleur de la jeune femme.

Liije pouffa de rire.

 - Il est marrant ton ordinateur ! s’exclama-t-il.