les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 4 : Chez les pirates (page 9)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 4 : Chez les pirates, page 9 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 4 : Chez les pirates - Page 9 sur 22

Le Vinestan pénétra dans le planétoïde par le trou béant et longea un long couloir circulaire, une sorte de tunnel taillé à même la roche et qui ressemblait vaguement à ce qu’aurait pu faire un ver de terre gigantesque. Tout au bout, Nadioska et Liije pouvaient voir la source de la lumière se rapprocher. Le cargo passa lentement au travers d’un champ magnétique à la couleur bleutée, qui empêchait l’air respirable de s’enfuir dans l’espace. Ce champ était utilisé depuis de nombreuses années sur les grands vaisseaux de guerre qui transportaient les chasseurs de combat. Afin que les chasseurs décollent au plus vite, les ponts d’envol n’étaient pas fermés, mais l’air restait confiné à l’intérieur des vaisseaux grâce à ce champ magnétique.

Le Vinestan arriva bientôt dans une immense cave circulaire qui servait visiblement de hangar pour les pirates. Plusieurs cargos attendaient là et le Vinestan se posa doucement non loin d’eux.

Au moment où Nadioska et Liije sortaient de leur cargo, un des sas situé sur la paroi rocheuse de la « cave-hangar » s’ouvrit. Un homme relativement petit et au visage de fouine s’approcha. Il observa la jeune femme de la tête aux pieds, ce qui eut pour effet de la mettre très mal à l’aise.

 - Nadioska ! s’exclama l’homme avec une voix nasillarde très désagréable. Djeid vous a bien décrit. Une jolie rousse avec des taches de rousseur plein les joues. C’est tout à fait vous !

 - Il vous a dit ça ? répliqua la jeune femme en passant machinalement une main sur les taches de rousseurs qui parsemaient son nez et le haut de ses joues.

 - Je suis Lémir, se présenta l’homme, votre contact parmi les pirates. Ici, je vous conseille de ne pas crier qui vous êtes sur les toits. Certains pirates n’hésiteraient pas à vous dénoncer s’il y a moyen de trouver un arrangement avec l’APC. Vous savez, certains sont ici parce qu’ils n’ont pas vraiment le choix. Ces gens-là aimeraient bien rentrer dans la légalité. Et il se trouve que parfois l’APC devient très arrangeant… quand ça vaut le coup !

 - Ah, je vois, murmura-t-elle pas très rassurée.

 - Si on vous interroge, continua l’homme, vous n’avez qu’à dire que vous me connaissez. Disons que je peux passer pour un ami de votre père… et que vous m’avez contacté pour entrer dans la Confrérie… et disons que le jeune garçon est votre petit frère.