les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl, page 1

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl, page 1 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl - Page 1 sur 21

Petit rappel : ce livre en ligne est protégé par les droits d'auteur et le Code de Propriété Intellectuelle. Un copyright a été déposé. Copier ces textes est strictement interdit et passible de poursuites. Si vous aimez ce livre en ligne, n'hésitez pas à le signaler sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons de cette page.

Chapitre V : Bienvenue sur Syl


Nadioska ouvrit les yeux, mais les referma aussitôt. Malgré le fait que l’endroit où elle se trouvait baignait dans une douce lumière orangée, la luminosité se révélait tout de même trop forte pour elle. Elle avait mal à la tempe gauche, et une douleur sourde et lancinante se répandait dans toute sa tête. Tout en gardant les yeux fermés, elle essaya de bouger et constata qu’elle devait être dans un lit. Il était confortable avec des draps d’une grande douceur.

Elle avait mal un peu partout, mais aucune douleur ne lui paraissait véritablement inquiétante. Seule sa tempe gauche la faisait réellement souffrir. Elle fit une nouvelle tentative pour ouvrir les yeux, et après plusieurs clignements, elle réussit à les maintenir ouverts.

Elle tourna la tête sur sa droite et constata qu’elle se trouvait dans une chambre aux couleurs chaudes. Les murs étaient recouverts d’une sorte de crépi à la teinte sablée et des rideaux fermés, d’un magnifique orange irisé, décoraient les fenêtres. Dehors il devait faire jour, car de la lumière filtrait et se répandait dans toute la pièce.

Elle se releva légèrement en se mettant sur ses coudes et ne put s’empêcher de grimacer de douleur. Elle continua son examen de la chambre et vit qu’à sa gauche, Djeid était là. Affalé dans un grand fauteuil orange, il dormait paisiblement. Sur son visage, une coupure récente, mais assez superficielle, partait de son oreille gauche et descendait jusqu’à son menton. Ses cheveux se trouvaient tellement en bataille qu’on avait l’impression qu’il ne s’était pas coiffé depuis plusieurs jours.

Nadioska s’assit sur le lit. Elle n’avait sur elle qu’une simple chemise de nuit légère au tissu très doux, qui lui descendait jusqu’aux genoux. Quelqu’un avait dû la déshabiller pendant qu’elle était restée inconsciente. Elle se sentait affreusement courbaturée et sa tête tournait légèrement. Elle passa une main sur son cuir chevelu et constata qu’elle avait une énorme bosse, ainsi qu’une longue coupure au-dessus du sourcil gauche.