les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl, page 18

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl, page 18 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl - Page 18 sur 21

 - Si je devais te donner un qualificatif en ce moment, dit-il avec un sourire en coin, je pense que « jalouse » serait assez adéquat.

 - Jalouse ? s’exclama-t-elle à moitié choquée. Parce que vous couchez avec tout ce qui porte un jupon ? Certainement pas !

 - Hum, continua-t-il en prenant de nouveau une voix suave, pourtant je sens quelque chose dans le ton de ta voix… si si, c’est bien de la jalousie.

 - C’est quoi l’adjectif pour dire « s’imagine des trucs qui n’existent pas » ?

 - J’ai un autre adjectif pour toi : menteuse. Quand tu te connecteras au Nahal, tu ne pourras plus mentir, tu sais.

 - Quoi ? s’exclama-t-elle. Je peux me connecter à votre Nahal ?

Djeid fit une grimace ; il parut soudainement embarrassé et hésita avant de reprendre la parole.

 - En fait, si on t’a accepté parmi nous, c’est que beaucoup pensent que tu es, ce que nous appelons, la Céliane.

 - Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-elle en omettant de dire qu’elle avait déjà entendu ce nom avant.

 - Une drôle de légende, dit-il les yeux dans le vague. Ça remonte à un passé tellement lointain que personne ne sait trop d’où ça vient. Il est dit qu’un jour, une femme étrangère à notre peuple viendra à nous, après avoir sauvé l’un des nôtres, et qu’elle nous montrera le chemin du retour.

 - Le chemin du retour ? Vers votre galaxie d’origine ?

 - Oui, affirma-t-il. Il est également dit qu’elle aura toutes les capacités d’un sylian… et peut-être plus encore.

 - Ça ne peut pas être moi. Je n’ai aucun pouvoir particulier. Je m’en serai rendu compte quand même, non ?

 - Oui, j’imagine, murmura Djeid.

 - Enfin, comment pouvez-vous croire que je suis cette Céliane ?

 - Tu as sauvé Liije.

 - Et Liije et moi serions morts tous les deux si vous n’étiez pas intervenus pour nous aider.

 - Hum, il y a un autre détail qui te désigne, mais… pour le moment, disons que, je préférerai ne pas trop en parler, dit-il embarrassé.

 - C’est ridicule, reprit-elle. Je croyais que votre peuple était très évolué. Je ne pensais pas qu’il pouvait croire à des légendes.

 - Nous pouvons sentir les choses avant qu’elles n’arrivent. Oh, pas toujours bien sûr. Mais certains sylians ont d’étranges capacités. Ce n’est pas mon cas. Mais nous faisons confiance à ces personnes. Elles ne se sont jamais trompées. Il se pourrait que cette légende soit vraie.