les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl, page 2

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl, page 2 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl - Page 2 sur 21

Elle ne savait pas comment elle avait atterri dans cette pièce. La dernière image, qu’elle avait en mémoire, était celle de la base des pirates pendant l'attaque. Elle se demanda où pouvait se trouver Liije. Sûrement pas très loin, puisqu’elle-même était là. Elle ne connaissait pas beaucoup Djeid, mais il lui semblait évident qu’il n’aurait jamais abandonné le garçon derrière lui.

Elle tenta de se lever, mais elle sentit ses jambes se dérober sous elle. Elle se laissa retomber sur le lit et attendit quelques secondes que son vertige passe un peu. Elle se sentait nauséeuse et la tête embrumée. Djeid dormait toujours sur le fauteuil et en l’observant, elle vit qu’il avait des cernes sous les yeux et que ses traits étaient plus tirés que d’habitude.

Elle se remit péniblement sur ses jambes et s’approcha du jeune homme. Elle posa sa main sur un de ses bras et le secoua légèrement pour le réveiller. Djeid sursauta et ouvrit brusquement les yeux.

 - Tu es réveillée, s’exclama-t-il.

Nadioska nota qu’il avait eu une légère pointe de soulagement dans la voix et tout à coup, son cœur se mit à battre un peu plus vite ce qui déclencha une douleur supplémentaire dans sa tempe. Elle sentait le battement de son sang se répercuter dans toute sa tête et ne put réprimer une autre grimace de douleur.

Djeid passa une main sur le front de la jeune femme avec une infinie douceur, et comme par magie, elle sentit la douleur s’estomper peu à peu. De lointains souvenirs affluèrent à son esprit ; elle revint plusieurs années en arrière, à l’époque où sa mère était toujours vivante et où elle s’occupait d’elle quand elle était malade.

 - Tu devrais rester allongée, dit Djeid d’une voix douce.

Il se leva et prit Nadioska par le bras pour la forcer à se remettre au lit.

 - Tu as reçu un choc important à la tête et tu as une commotion cérébrale, continua-t-il. Il vaut mieux que tu restes au lit pour le moment.

 - Que s’est-il passé ? demanda-t-elle en grimaçant, car elle sentait la douleur revenir à pleine charge.

 - Une section de l’APC a attaqué l’astéroïde pirate, répondit-il doucement. Ils l’ont complètement détruit. Je suis intervenu à temps pour te sauver toi et Liije. Si j’étais arrivé ne serait-ce que quelques minutes plus tard, vous seriez morts tous les deux.