les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl, page 20

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl, page 20 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 5 :Bienvenue sur Syl - Page 20 sur 21

Djeid soupira.

 - Nous n’avions pas prévu que ça tournerait comme ça. Nous avons perdu deux des nôtres par manque de clairvoyance. Et nous en aurions peut-être perdu un autre, si tu n’étais pas intervenue. J’étais en orbite lorsque les explosions ont eu lieu. J’ai voulu intervenir, mais tu as été plus rapide que moi. Je me suis donc contenté de t’observer jusqu’au moment où je me suis rendu compte que toi et le garçon vous courriez un danger.

 - Et tu m’es apparu, tel un ange protecteur, en t’interposant bravement entre moi et mes terribles poursuivants ! s’exclama-t-elle en imitant parfaitement bien le ton moqueur de Djeid.

 - Quoi ? dit-il en éclatant de rire. Un ange protecteur ? Ah ! Je savais que tu étais folle de moi.

 - Comment résister à un charme aussi mystérieux et troublant, continua Nadioska le sourire en coin et en faisant de grands gestes mélodramatiques. Mon cœur s’est soudainement embrasé, je me suis sentie défaillir, incapable de contenir le trouble qui me submergeait.

 - Je crois que j’ai une très mauvaise influence sur toi finalement ! reprit le jeune homme en riant de plus belle.

 - Mais, c’est trop tard maintenant, dit-elle en faisant semblant de s’évanouir. Je suis sous l’emprise du charme et plus rien ne peut me sauver.

 - Tu es aussi folle que moi !

 - Un autre adjectif à ajouter à notre liste, dit-elle en reprenant un peu son sérieux.

Un silence s’établit pendant lequel ils se contentèrent de se regarder en souriant. Nadioska se sentait fatiguée, mais elle n’osait pas demander à Djeid de partir. Finalement, elle se sentait bien avec lui. Une fois qu’on savait comment l’aborder, il pouvait être tout à fait vivable.

 - Tu es fatiguée, n’est-ce pas ? lui demanda-t-il doucement.

 - Oui, avoua-t-elle. J’ai très envie de dormir.

 - Alors, je vais te laisser. Demain, je te fais découvrir Syl. Il faut que tu sois en forme.