les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 5 : Bienvenue sur Syl (page 8)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 5 : Bienvenue sur Syl, page 8 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 5 : Bienvenue sur Syl - Page 8 sur 21

Il fit une moue de dégoût, et secoua la tête comme s’il n’en revenait toujours pas de la décision qu’il avait prise. Nadioska ne put s’empêcher d’esquisser un léger sourire. Ce garçon pouvait être très bien, voire même charmant, quand il le voulait. Elle prit une cuillère et goûta l’épais liquide orange. Elle le trouva très bon quoique ne sachant pas du tout ce que cela pouvait être.

 - J’ai donc décidé de venir aussitôt sur l’astéroïde, reprit Djeid. Hum, il faut que tu saches que nous, sylians, nous sommes capables de nous … heu… votre mot est « téléporter ». Ça ne correspond pas réellement à ce que nous faisons, mais c’est le mot le plus facilement compréhensible pour vous.

 - Vous vous téléportez ? s’exclama Nadioska. Vous pouvez faire ça ?

 - En fait, expliqua Djeid, nous pouvons passer d’un endroit à un autre, sans avoir de vaisseau et sans que cela ne prenne du temps. La distance entre les deux points n’est pas du tout importante. Ils peuvent se situer à cinq centimètres comme à des milliards et des milliards de kilomètres. Cela n’a pas d’importance. Ce qui est par contre nécessaire, c’est que nous ayons été au moins une fois dans cet endroit. Nous ne pouvons pas nous téléporter dans un endroit que nous ne connaissons pas. C’est le seul inconvénient.

 - Comment faites-vous alors pour aller dans de nouveaux endroits?

 - Et toi, comment fais-tu ? lui demanda Djeid avec un grand sourire malicieux.

La jeune femme fit une grimace de désapprobation. Elle sentait l’autre Djeid, celui qui était pénible, revenir à la charge. Bon d’accord, sa question était stupide. Elle décida d’essayer de faire un peu plus attention à ce qu’elle disait en sa présence. Il sautait toujours sur l’occasion pour la taquiner. Qu’est-ce qu’il pouvait être exaspérant quand il s’y mettait !

 - En général, reprit le jeune homme pour couper court à toute protestation, nous utilisons les vaisseaux de la Confédération pour nous déplacer sans nous faire remarquer. Mais quand nous avons besoin d’aller plus vite, nous utilisons nos propres vaisseaux. Le problème c’est qu’ils sont si différents que nous sommes obligés de faire attention quand nous les utilisons. Tu as remarqué le mien en orbite autour de Kaxido.

 - Oui, le petit truc argenté, dit-elle machinalement.