les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 6 : Confrontation (page 11)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 6 : Confrontation, page 11 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 6 : Confrontation - Page 11 sur 22

L’homme avait la même taille que Djeid et paraissait tout aussi jeune. Ses cheveux étaient d’un beau blanc brillant et argenté. Il avait une coupe au carré légèrement en désordre, et possédait une frange sur le front qui lui descendait jusqu’aux yeux. Sa peau d’une blancheur laiteuse faisait d’autant plus ressortir le maquillage qu’il portait. Ses paupières étaient ombrées d’un fard noir et ses lèvres recouvertes d’un rouge profond et mat. Entièrement habillé de noir il possédait une allure élégante et gracieuse, voire féminine.

 - Voici Ilane, dit Djeid.

 - Je vous avais reconnu, dit Nadioska à l’adresse de l’étrange sylian.

 - Vraiment ? dit Ilane d’une voix douce. Comment pouvez-vous…

Son regard se porta sur Djeid et il eut un léger sourire.

 - Je vois, reprit-il. Quelle méchanceté vous a-t-il dit sur moi ?

 - Aucune, répondit Nadioska. Il m’a dit que vous étiez son meilleur ami.

 - Faut pas exagérer non plus, bougonna Djeid.

 - Il refuse de l’avouer ouvertement, murmura Ilane à l’attention de Nadioska.

 - Et pourquoi donc ? murmura-t-elle en retour.

 - C’est une longue histoire, répondit-il doucement. Je suis sûr que vous serez ravie de l’entendre un de ces jours.

Nadioska trouvait ce jeune homme bien étrange, mais il y avait quelque chose de très doux chez lui et elle se dit qu’il était sûrement plus commode à vivre que Djeid. Son attention se reporta ensuite sur la femme qui se tenait à côté de lui.

Elle ressemblait à une sorte de négatif d’Ilane. Elle semblait mettre en avant son côté masculin, tout comme Ilane préférait montrer sa féminité. Elle avait des cheveux noirs et courts, coiffés en arrière. Elle était aussi grande que Djeid, et bien qu’elle ait une silhouette fine, ses vêtements serrés laissaient deviner un corps musclé. Quelque chose en elle dégageait une impression de sérénité et de maturité.

 - Je m’appelle Iridryss, dit-elle d’une voix profonde et assurée.

 - Vous aussi, je vous avais reconnue, répondit Nadioska impressionnée par la jeune femme. Djeid m’avait parlé de vous deux.

 - Bien ! reprit Djeid en écourtant ainsi les présentations. On papotera plus tard.

À travers le Nahal, les techniciens sylians basés sur la lune envoyaient de nouvelles informations. Des navettes avaient été lancées depuis le destroyer et étaient en train de se déployer en cherchant visiblement une entrée vers le complexe souterrain.