les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 6 : Confrontation, page 13

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 6 : Confrontation, page 13 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 6 : Confrontation - Page 13 sur 22

Il s’était exprimé à voix haute, évitant ainsi de passer par le Nahal pour communiquer avec Iridryss. Ce que ses concitoyens sylians ne savaient pas, ils ne pourraient pas le désapprouver. La jeune femme acquiesça d’un simple mouvement de tête.

 - Ilane, reste avec Nade, ordonna Djeid. Préviens-nous quand vous serez en mesure de décoller.

 - D’accord, répondit Ilane en fermant le sas d’entrée du Vinestan.

 - Où vont-ils ? s’inquiéta Nadioska.

 - Ils vont tenter de retarder l’Ordre pour vous donner plus de temps pour préparer le décollage. L’Ordre a réussi à repérer une de nos entrées.

 - Mais, elles ne sont pas cachées ?

 - Si et c’est bien ce qui nous inquiète ! Nous ignorons comment ils ont fait pour les repérer.

Pendant qu’autour d’eux, des sylians apparaissaient et disparaissaient sans cesse, emmenant avec eux le matériel de leur base, Djeid et Iridryss se dirigèrent vers l’entrée qui allait bientôt être découverte. Après avoir parcouru plusieurs couloirs, ils arrivèrent à un croisement désert et se postèrent de chaque côté du passage qui menait directement à l’entrée. Ils patientèrent, sans bouger et sans parler, leurs esprits concentrés sur le sas qui donnait sur l'extérieur.

Ils entendirent un choc, puis le glissement de la porte qui s’ouvrait et quelques secondes plus tard, des bruits de pas dans le couloir. Djeid visualisa mentalement l’endroit d’où provenaient les sons et repéra une dizaine de gardes lourdement armés. En tête, il perçut la présence d’un homme portant une armure d’un bleu profond, en partie recouverte par une longue cape noire. Il possédait un visage sévère encadré de cheveux noirs qui lui descendaient jusqu’aux épaules. Il avançait d’un pas rapide et décidé.

Djeid jeta un coup d’œil à Iridryss. Bien qu’ils se soient déconnectés du Nahal, ils se connaissaient suffisamment bien pour se comprendre. Les forces en présence n’étaient pas en leur faveur et ils le savaient tous les deux. Il devrait s’en remettre à l’effet de surprise et à leur rapidité naturelle.

Les pas se rapprochèrent. Un autre coup d’œil à Iridryss, et ils s’élancèrent tous les deux dans le couloir. Djeid se précipita vers l’homme de tête et le frappa d’un violent coup de poing au visage. À moitié sonné, l’homme en armure bleu tomba en arrière et lâcha son arme. Iridryss, quant à elle, s’attaqua à l’un des gardes et tenta de le désarmer d’un coup de pied. L’arme vola de la main de l’homme pour atterrir non loin de Djeid.