les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 6 : Confrontation (page 15)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 6 : Confrontation, page 15 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 6 : Confrontation - Page 15 sur 22

 - Nous ne pouvons plus rien faire, dit-il avec une grimace de dépit.

Un rayon d’énergie fusa brusquement d’un des couloirs et frôla l’épaule de Djeid qui se plaqua instinctivement contre le mur. Il n’avait pas perçu l’arrivée d’un des gardes qui s’était approché en éclaireur.

 - Il est seul, murmura-t-il à Iridryss qui acquiesça de la tête avant de disparaître de sa vue.

Quelques secondes plus tard, Djeid entendit un cri, suivi du bruit d’un corps lourd tombant au sol. Il s’avança dans le couloir ; Iridryss se tenait debout à côté du garde assommé. Par curiosité, il scanna mentalement l’homme. L’Ordre possédait des technologies inconnues des sylians, peut-être que ce garde avait quelque chose d’inhabituel sur lui. Malheureusement, il ne détecta rien de particulier et il fit signe à Iridryss de le suivre vers le Vinestan.

À bord, Nadioska avait repris son siège de pilote et faisait les dernières vérifications avant le décollage. Pour aller plus vite, elle donnait quelques instructions à Ilane, assis à côté d’elle, afin qu’il puisse l’aider. Le jeune homme suivait en parallèle les actions de Djeid et d’Iridryss.

 - Il faut faire vite, murmura-t-il à l’attention de Nadioska. L’Ordre arrive !

 - C’est presque fini, répondit-elle en essayant d’oublier les battements trop rapides de son cœur.

Elle n’avait jamais tenté d’échapper à un destroyer, même pas en simulateur lors de ses cours de pilotages. Même si elle était bonne pilote, elle avait tout de même peu de chance de réussir. Elle essaya de réprimer les tremblements de ses mains pour terminer au plus vite les dernières vérifications.

Djeid et Iridryss étaient presque arrivés dans le hangar. Ils suivaient mentalement les troupes de l’Ordre qui avaient trouvé plusieurs entrées et étaient en train d’investir toute la base. Djeid sentit de la colère mêlée à de la frustration monter en lui. L’Ordre était un vrai danger pour eux, il fallait les arrêter.

 - Laissons-les entrer et faisons sauter la base, lança-t--il à Iridryss d’une voix sourde.

Iridryss eut un léger sursaut et ouvrit de grands yeux devant l’énormité de la proposition de son ami.

 - Te rends-tu compte ? murmura-t-elle choquée. Cela va à l’encontre de toute notre philosophie. Comment peux-tu dire une chose pareille ? C’est inacceptable.