les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 6 : Confrontation (page 18)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 6 : Confrontation, page 18 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 6 : Confrontation - Page 18 sur 22

 - Accrochez-vous bien les enfants, lança Nadioska d’une voix faussement assurée. Ça va secouer !

Djeid et Iridryss s’assirent sur les deux sièges de derrière. Loin devant eux, ils pouvaient entrevoir la forme sombre du destroyer qui occultait une partie des étoiles.

 - J’espère que tu sais ce que tu fais, murmura Djeid à l’oreille de Nadioska.

 - Moi aussi, répondit-elle d’une voix légèrement tremblante.

Le Vinestan fonçait à toute puissance, droit devant lui, et se rapprochait rapidement de l’énorme vaisseau. Sur toute la surface de ce dernier, des centaines de lumières étaient maintenant visibles et Nadioska pouvait distinguer quelques vagues mouvements, mais sans réellement voir ce que cela pouvait être.

 - Vine, scanne la surface du destroyer, ordonna-t-elle.

En réponse, elle reçut un diagramme du vaisseau sur un de ses écrans de contrôle. Elle comprit aussitôt ce qui était en train de se passer. D’énormes canons se positionnaient pour viser le Vinestan.

Nadioska décida de prendre des directions changeantes et aléatoires, afin d’empêcher les canons de verrouiller leur cible. Malheureusement, pour passer en hyperespace, elle devait s’éloigner de la petite lune et par conséquent, passer au-delà du destroyer. Il fallait juste qu’elle tienne suffisamment longtemps à ce petit jeu de cache-cache avec les canons.

 - L’un d’entre vous pourrait-il s’occuper de rentrer les coordonnées d’arrivée dans l’ordinateur de bord, demanda-t-elle tout en se concentrant sur son pilotage. Je suis un peu occupée en ce moment.

 - Je m’en charge, répondit Djeid en posant une main sur l’un des haut-parleurs de Vine.

Les canons avaient commencé à tirer, mais ils bougeaient moins vite que le Vinestan. Les tirs étaient puissants, mais aucun n’arrivait à atteindre le cargo. Nadioska, qui n’avait aucune croyance religieuse particulière, se mit à prier le ciel pour que cela continue. Un seul de ces tirs pulvériserait sans problème le Vinestan, un simple cargo de transport, pas un vaisseau de guerre avec sa coque renforcée et ses champs protecteurs.

Elle repéra une navette de l’Ordre qui volait vers le destroyer à quelques kilomètres devant eux. La navette était beaucoup moins grosse que son cargo et allait moins vite, mais Nadioska décida qu’elle pouvait tout de même servir d’abri partiel. Elle changea de direction pour se positionner de telle façon à ce qu’une partie du destroyer ne fut plus visible pour elle. Elle ralentit sa vitesse et resta bien sagement derrière la navette.