les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 6 : Confrontation (page 3)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 6 : Confrontation, page 3 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 6 : Confrontation - Page 3 sur 22

Au centre de la salle de bain, deux marches permettaient de descendre dans un grand bassin rond. Sur son rebord, une bonne dizaine de pots et de fioles, aux formes élaborées, étaient alignés avec soin. Des sels cristallins ou des liquides aux couleurs diverses et chatoyantes remplissaient ces différents récipients, tandis qu’une éponge blanc crème était posée à côté d’un robinet en bronze représentant une tête d’animal au long nez. Non loin, se trouvait une série de serviettes blanches empilées à même le sol.

Pendant plusieurs secondes, Nadioska resta en admiration devant le bassin. Dans la Confédération, les baignoires n’existaient plus depuis que les cabines à ondes avaient été inventées. Ces cabines n’utilisaient pas d’eau, mais, comme leur nom l’indiquait, des ondes particulières qui éliminaient saletés et bactéries. Une version adaptée au lavage des vêtements et une autre aux appareils de cuisines avaient été mises au point. Quelques baignoires à eau existaient encore chez certains riches Confédérés, mais elles étaient avant tout utilisées pour la détente.

À part le bassin rond, la salle de bain possédait une grande glace qui prenait tout un pan de mur, un lavabo couleur crème muni de quelques ustensiles de toilette, un petit placard, et une porte coulissante que Nadioska s’empressa de faire glisser ; elle donnait accès à une penderie remplie de vêtements en tout genre. La jeune femme se mit à fouiller et sélectionna une robe d’un jaune pâle qui lui plaisait bien.

Elle ouvrit les robinets et, pendant que l’eau chaude remplissait peu à peu le bassin, elle ôta les bouchons des différentes fioles pour en humer les liquides colorés. Ils avaient tous des senteurs fruitées agréables, mais la fiole qui contenait un liquide mauve irisé attira plus particulièrement son attention. C’était le parfum qu’elle avait senti autour de Djeid. Avec un sourire satisfait, elle versa un peu de liquide mauve dans l’eau. Une mousse crémeuse et odorante fit son apparition pour envahir peu à peu tout le bassin.

Elle se déshabilla et se plongea avec délectation dans l’eau chaude. Elle mit un temps infini à se laver, profitant au maximum de ce moment agréable. Elle ne se décida à sortir que lorsqu’elle constata que l’eau commençait à devenir froide. Elle se sécha avec une des serviettes et enfila la robe qu’elle avait sélectionnée.