les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 6 : Confrontation (page 7)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 6 : Confrontation, page 7 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 6 : Confrontation - Page 7 sur 22

 - Mais, nous allons le faire quand même, dit-il à voix basse.

Il se reconnecta au Nahal et contacta ses deux plus fidèles amis. Sans leur donner aucun détail, il leur demanda de le rejoindre sur la base lunaire, ce que tous deux acceptèrent sans discuter.

D’un pas rapide, Djeid conduisit Nadioska jusqu’au hall d’entrée où ils passèrent la grande porte vitrée qui menait à l’extérieur. Dehors, il y avait un perron en demi-arc de cercle et une volée de marches qui descendaient jusqu’à une grande place aux pavés d’une blancheur éclatante. Au centre de la place, un bassin rond rempli d’eau diffusait des bruits de clapotis rafraîchissants, accentués de temps à autre par quelques petits jets d’eau qui jaillissaient du bassin. Tout autour, d’imposants bâtiments de pierres blanches donnaient à Nadioska l’impression d’avoir fait un bond en arrière de plusieurs siècles.

Le soleil brillait de tous ses rayons et une douce brise tiède venait faire voleter les vêtements et les cheveux des sylians qui se promenaient dans les rues. Alors que Djeid la conduisait de l’autre côté de la place, Nadioska observait les gens autour d’elle. Les sylians avaient des visages sereins et certains d’entre eux regardaient la jeune étrangère avec un sourire amical.

 - Vous n’avez pas l’air très stressés sur cette planète, constata-t-elle.

 - Ici, nous avons créé notre petit paradis, répondit Djeid en la conduisant d’un pas rapide vers une rue adjacente. Toutes nos lois sont faites pour que chacun se sente bien.

 - Ça a l’air de fonctionner ! dit-elle en continuant de dévisager les sylians qu’elle croisait.

 - Ça fonctionne très bien, confirma Djeid. Sur Syl, il n’y a pas de vol ou de meurtre. Tout le monde se connecte au Nahal et partage ses pensées.

Il baissa soudainement la voix.

 - Enfin, il arrive des fois qu’on ne dise pas tout. Et, heu,… enfin, il m’arrive à moi de ne pas tout dire… comme maintenant, par exemple.

 - Et comment vont-ils réagir quand ils vont le savoir ? demanda Nadioska également à voix basse.

Djeid haussa les épaules.

 - On verra bien, répondit-il comme s’il n’en avait en réalité pas grand-chose à faire.

Après quelques instants de réflexion, Nadioska reprit la parole.