les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 6 : Confrontation (page 8)

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 6 : Confrontation, page 8 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 6 : Confrontation - Page 8 sur 22

 - Je ne suis pas sûre que j’aimerais ça, dit-elle en faisant la moue. Je veux dire, je n’aimerais pas partager certaines pensées avec des inconnus. C’est comme… une sorte d’intrusion dans la vie privée.

 - Nous ne voyons pas les choses de cette façon, affirma-t-il un sourire en coin. Ce que tu prends comme une intrusion est pour nous un partage. C’est presque une fusion. C’est presque comme…heu enfin tu vois !

Elle se tourna vers lui et le regarda étonnée.

 - Non, je ne vois pas, dit-elle.

 - Enfin, dans l’idée c’est un peu…, balbutia-t-il, comme une fusion… physique entre deux personnes. Ce n’est pas une intrusion. En général… c’est plutôt agréable ! En tout cas, le but c’est que ce soit agréable.

 - Ah ! dit Nadioska en rougissant tout à coup.

 - Personne n’oblige personne à se connecter au Nahal, continua Djeid. Ce n’est pas une obligation. Les gens le font quand ils ont envie de le faire. Sur Syl, il n’y pas plus de viol, physique ou moral, que de meurtre. Nous sommes très respectueux les uns envers les autres. Même moi, je respecte mes concitoyens, et pourtant, je suis un mauvais garçon.

 - Je sais, répliqua Nadioska, satisfaite qu’il reconnaisse enfin ce fait ouvertement.

Quelques instants plus tard, ils arrivèrent devant un endroit dégagé. Sur le sol en plein milieu de la rue, on pouvait voir les mêmes cercles dessinés que Nadioska avait déjà vus dans le palais du Conseiller. Toutefois, au lieu d’être noirs ceux-là étaient rouges.

 - C’est quoi exactement ces cercles au sol ? demanda-t-elle.

 - Ce sont nos téléporteurs, expliqua Djeid rapidement. Les cercles rouges signifient qu’il s’agit d’un téléporteur, heu…disons…mécanique en quelque sorte. Je t’expliquerai comment ça marche une autre fois.

Sur un mur non loin des cercles, des petits boutons bleus légèrement transparents portaient des symboles que Nadioska n’arrivait pas à comprendre. Les symboles étaient ronds et élégants, et certains d’entre eux se révélaient assez sophistiqués.

Djeid s’approcha des boutons, suivi de près par Nadioska.

 - Et ces symboles ? Que signifient-ils ? demanda-t-elle en observant les différents boutons.

 - C’est notre écriture, répondit Djeid.

Alors qu’il appuyait sur certains boutons, Nadioska fit un rapide calcul mental pour compter les différents symboles qu’elle voyait inscrits.