les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 7 : De l’autre côté, page 11

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 7 : De l’autre côté, page 11 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 7 : De l’autre côté - Page 11 sur 21

Djalhy avait voté contre la venue de cette femme sur Syl, mais la majorité de ses compatriotes avait fait un autre choix, et comme tout bon sylian qui se respectait, il avait accepté la décision finale. Il n’avait jamais rencontré Nadioska personnellement, mais il la connaissait par l’intermédiaire de Djeid et du Nahal. Il n’avait rien contre elle, mais elle faisait partie de la Confédération et lui-même ne croyait pas en cette histoire de Céliane. Après tout, ce n’était juste qu’un conte de fées pour enfants, rien de plus.

Tout en mangeant, Djalhy nota qu’une femme officier lui lançait de très nombreux regards. Il ne connaissait pas cette femme ; il ne l’avait jamais croisé, car il s’en serait souvenu sans problème. Il était doué pour se rappeler des visages. La femme continuait de lui jeter des coups d'œil réguliers et il savait très bien que si elle agissait ainsi, ce n’était pas parce qu’elle était tombée sous le charme de son physique irrésistible. En effet, il avait pris la peine de changer d’apparence, ce que faisaient souvent les fantômes, à part Djeid. Mais Djeid n’était après tout qu’un gamin prétentieux.

Comme tous les sylians, Djalhy pouvait contrôler son apparence physique. Cette fois-ci, il avait opté pour un physique ingrat ; il avait même poussé le vice jusqu’à se créer une balafre le long de la joue. Cette femme ne le regardait pas parce qu’elle le trouvait séduisant, donc il y avait autre chose.

Quand elle se leva pour venir à sa table, il se dit qu’il allait bientôt obtenir des réponses à ses questions. Par acquit de conscience, il se connecta au Nahal pour diffuser en direct son expérience ; il s’agissait d’un simple réflexe pour les fantômes. Quand ils sentaient que quelque chose d’important allait se passer, ils se connectaient au Nahal. Ainsi, s’ils mouraient il n’y aurait pas de perte d’informations.

La femme s’assit en face de lui. Ses cheveux noirs étaient coupés court et son uniforme de capitaine au sein de la milice de Kerm lui donnait un air masculin.

 - Vous êtes le capitaine Hylaj, dit-elle.

 - C’est exact, répondit Djalhy.

À part Djeid, aucun fantôme ne donnait son vrai nom lorsqu’il était en mission d’infiltration.

 - C’est vous qui avez organisé la mission de secours sur Kaxido, reprit la femme.

 - Encore exact, répondit Djalhy d’un ton neutre.

 - Il paraît que vous vous êtes bien débrouillé.