les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 7 : De l’autre côté, page 14

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 7 : De l’autre côté, page 14 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 7 : De l’autre côté - Page 14 sur 21

 - J’ai toujours rêvé me transformer en système de communication, annonça Ilane en affichant un air narquois.

 - Qu’allez-vous faire quand les navettes de l’Ordre vont arriver ? demanda Nadioska en l’ignorant totalement.

 - Nous allons essayer d’assommer deux gardes et prendre leurs places.

 - Mais ils vont voir que vous ne faites pas partie de l’Ordre !

 - Non, car nous allons également prendre leur apparence.

 - Comment ? demanda-t-elle intriguée.

 - Nous, sylians, pouvons contrôler notre corps. Entre autres choses, nous pouvons changer d’apparence à volonté.

 - Vraiment ?

 - Oui, vraiment ! affirma Djeid avec un clin d’œil.

 - Ça alors ! Et que pouvez-vous faire d’autre ?

 - Nous pouvons lutter contre les maladies sans prendre de médicament, nous soigner nous-mêmes lorsque les blessures sont d’une gravité acceptable et puis ralentir notre vieillissement. Dis-moi, quel âge me donnes-tu ?

Nadioska l’observa perplexe. Djeid n’avait aucune ride sur le visage. Ses traits étaient fins, et ses longs cheveux étaient d’un beau noir brillant sans aucune trace de cheveux blancs. Il avait une allure jeune et athlétique.

 - Heu, disons entre 25 et 30 ans ? s’aventura-t-elle.

 - J’ai 76 ans, affirma-t-il en souriant.

 - C’est impossible ! s’exclama-t-elle éberluée.

 - Je t’affirme que si !

 - Mais vous êtes éternels alors ?

Djeid éclata de rire, et les autres sylians autour de la table se mirent à sourire.

 - Non, dit-il. Nous savons contrôler notre corps et nous ralentissons au maximum notre vieillissement, mais nous ne pouvons pas l’arrêter. On multiplie à peu près par trois notre espérance de vie par rapport à vous.

 - Pas mal, dit Nadioska rêveuse. Ça doit être sympa d’être sylian.