les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 7 : De l’autre côté, page 15

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 7 : De l’autre côté, page 15 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 7 : De l’autre côté - Page 15 sur 21

Les autres se regardèrent, toujours souriants, mais ne répondirent pas.

 - Revenons à notre affaire, reprit Djeid. Iridryss et moi allons tenter de nous infiltrer dans l’Ordre. Notre mission principale est de découvrir ce qu’ils ont appris sur nous, mais également ce qu’ils ont l’intention de faire au sein de la Confédération. Car finalement, pour le moment, nous ne savons même pas quels sont leurs buts. Nous pensons qu’ils souhaitent prendre le pouvoir, mais nous ne savons ni comment ils vont s’y prendre, ni pourquoi. Nous ne comprenons même pas comment cette chose fonctionne.

Il pointa du doigt le mouchard noir au centre de la table. Djeid avait mentalement scanné l’objet et avait envoyé ses informations à travers le Nahal. Quelques sylians, spécialistes des technologies de la Confédération, avaient analysé l’objet et avaient découvert avec surprise que le mouchard n’émettait aucun signal.

Il avait une composition chimique étrange que les sylians ne connaissaient pas. Ils avaient supposé que ce mouchard n’était qu’une sorte de marquage, et qu’il devait y avoir autre chose, un autre appareil qui devait l’activer ou le repérer. À ce stade, les sylians étaient incapables de dire si le mouchard fonctionnait dans l’hyperespace ou non, dans le doute, ils avaient conseillé la plus grande prudence à Djeid.

Finalement, les sylians ne lui avaient pas tenu rigueur pour la désobéissance dont il avait fait preuve. Lorsqu’il s’était connecté au Nahal, juste après la fuite de Nadioska, il avait reçu un torrent de vives protestations, mais après qu’il eut expliqué qu’on pouvait utiliser le mouchard contre l’Ordre, les esprits s’étaient étrangement calmés.

À sa grande surprise, beaucoup de sylians avaient même fini par admettre que parfois, la fin justifiait les moyens et aucun d’entre eux n’avait pleuré sur le sort des soldats de l’Ordre qui avaient péri dans la destruction de la base lunaire. Ce revirement étrange et si brusque avait intrigué Djeid et à présent, il se demandait s’il devait s’en réjouir ou bien s’en inquiéter.

Quoi qu’il en soit depuis cet évènement, ses compatriotes planchaient pour trouver une solution et retourner la situation en leur faveur. Non seulement il avait été pardonné, mais de plus, il était en ce moment dans les bonnes grâces de ses compatriotes. Il n’avait jamais eu si bonne réputation au sein du Nahal et il se demandait combien de temps cela allait durer avant qu’il ne retrouve sa place habituelle de pseudo paria.