les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 7 : De l’autre côté, page 20

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 7 : De l’autre côté, page 20 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 7 : De l’autre côté - Page 20 sur 21

 - C’est une organisation créée par un homme fabuleux. Un visionnaire, un génie ! Il propose de concevoir de nouvelles institutions qui remplaceront cette vieille et lamentable Confédération.

Elle avait dit cela avec une moue de dégoût comme si prononcer le nom de la Confédération lui laissait un goût désagréable dans la bouche.

 - Alors pourquoi cet homme si fabuleux ne se présente pas devant la caste dirigeante pour leur soumettre ses idées ? demanda Djalhy sur un ton railleur.

 - Tout simplement, dit-elle avec un élan de passion, parce que ces idiots n’accepteront jamais les idées de notre Seigneur !

 - Votre Seigneur ? s’exclama Djalhy sur un ton choqué.

 - Il est issu d’une illustre et noble famille. Il a été choisi par Mijalk elle-même, reprit la femme avec une étrange lueur dans les yeux.

 - Mijalk ? répliqua Djalhy en fronçant les sourcils. Qui est-ce ?

 - C’est notre Déesse, répondit-elle d’une voix exaltée. Elle a donné naissance à notre Seigneur.

À travers le Nahal, Djalhy sentit les réactions des sylians connectés qui « écoutaient » leur conversation.

« Elle est folle ».

« Non, elle a subi un lavage de cerveau ».

« Elle est dangereuse ».

« Tout comme le reste de l’Ordre ».

« Ce sont des fanatiques ».

Djalhy observait la femme d’un air sceptique.

 - Donnez-moi une preuve de tout ce que vous avancez, dit-il.

La femme sourit étrangement et se leva.

 - Demain, à 6h00, au pont d’embarquement principal, dit-elle. Soyez à l’heure.

Djalhy la regarda s’éloigner. « Mijalk » pensa-t-il et une voix claire et forte s’éleva dans le Nahal. Ce n’était pas la voix d’un sylian, c’était la mémoire du Nahal qui parlait, une sorte d’entité autonome, créée et entretenue par chaque sylian. La mémoire avait une voix à part, ni masculine, ni féminine, mais un peu des deux.