les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 7 : De l’autre côté, page 7

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 7 : De l’autre côté, page 7 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 7 : De l’autre côté - Page 7 sur 21

Le seigneur Elibohme tourna les talons et prit la direction de ses appartements privés. Valnier se releva lentement : il sentait une sueur glacée extrêmement désagréable couler le long de son dos. Il allait emmener le corps de son lieutenant à la cuve, puis il irait faire un tour dans une cabine à ondes. C’était vraiment ce qu’il avait de mieux à faire dans l’immédiat.


* * *


Nadioska était assise seule dans le cockpit du Vinestan ; elle avait placé le cargo sur une lointaine orbite autour d’une étoile géante bleue. Il n’y avait aucune planète dans ce système et c’est sûrement pour cette raison que Djeid l’avait choisi.

Avec l’aide de Vine, elle avait passé plusieurs heures à vérifier l’intégrité du cargo ; il n’avait récupéré que quelques simples éraflures de leur dernière aventure. Fort heureusement d’ailleurs, car s’il avait subi des avaries, elle n’aurait pas été en mesure de faire grand-chose. Non seulement elle ne possédait que des connaissances minimum en matière mécanique, mais en plus, les réparations d’un vaisseau ne se faisaient qu’en astroport avec l’équipement adéquat. Si jamais la coque du Vinestan s’était retrouvée percée, elle n’aurait eu d’autres solutions que de condamner la section touchée du cargo grâce aux portes-sas totalement étanches et prévues à cet effet.

Tout en terminant ses vérifications, elle se demanda où se trouvaient ses trois amis sylians qui l’avaient aidée à s’échapper. Elle ne les avait pas vus depuis qu’elle avait commencé à contrôler son cargo. Ils auraient très bien pu s’être téléportés ailleurs en la laissant seule ; après tout, elle ne savait pas grand-chose d’eux. Même s’ils semblaient a priori sympathiques, quelle preuve avait-elle vraiment qu’ils soient là pour l’aider ?

Elle secoua machinalement la tête. Son scepticisme envers la nature humaine revenait au grand galop. Elle n’aimait pas accorder sa confiance de façon aveugle ; dans cet univers, on trouvait tellement de gens mal intentionnés. D’un autre côté, les sylians l’avaient aidée depuis le début, sans rien lui demander en échange. Elle pouvait au moins leur accorder le bénéfice du doute. En plus, elle devait se l’avouer à contrecœur, elle avait un faible pour Djeid.

 - Tous les systèmes sont fonctionnels et aucune avarie n’est à déplorer, informa Vine.

 - Parfait ! répondit Nadioska brusquement tirée de ses pensées.

Estimant qu’elle pouvait prendre une petite pause en attendant la suite des évènements, elle se leva de son siège et prit le couloir qui menait au salon. La porte-sas s’ouvrit et dévoila un spectacle qui la laissa clouée sur place, bouche bée.