les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 8 : Infiltration, page 1

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 8 : Infiltration, page 1 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 8 : Infiltration - Page 1 sur 21

Petit rappel : ce livre en ligne est protégé par les droits d'auteur et le Code de Propriété Intellectuelle. Un copyright a été déposé. Copier ces textes est strictement interdit et passible de poursuites. Si vous aimez ce livre en ligne, n'hésitez pas à le signaler sur les réseaux sociaux en utilisant les boutons de cette page.

Chapitre VIII : Infiltration


Djeid était assis dans le salon du faux Vinestan. Ils avaient atterri plusieurs heures auparavant sur Lauvise, une planète dont les trois quarts de la surface n’était qu’un immense désert. Cette planète désolée se révélait idéale pour le plan des sylians, mais son aspect déprimant avait rapidement déteint sur le moral de Djeid. Quand il ne tournait pas en rond dans le salon, il se mettait à jouer nerveusement avec le mouchard de l’Ordre.

Afin d’éviter d’être contaminée et de devenir nerveuse à son tour, Iridryss avait préféré utiliser son temps d’attente à déterminer le meilleur endroit pour tendre un piège à l’Ordre. La salle des machines semblait parfaite, il y avait plein de recoins et d’endroits où se cacher. Les étroits passages ne permettaient qu’à une seule personne de marcher de front et c’était là qu’elle avait décidé de tendre l’embuscade.

Les deux sylians qui avaient conduit le faux Vinestan au point de rendez-vous étaient à présent repartis sur Syl en se téléportant, laissant Djeid et Iridryss attendre que l’Ordre pointe son nez.

Ilane et Nadioska attendaient eux aussi l’arrivée du destroyer. La jeune marchande avait posé son cargo sur une des lunes qui gravitait autour de Lauvise. Elle aussi avait du mal à contenir sa nervosité.

Elle avait bien tenté lire un peu, mais elle s’était rapidement rendu compte que même si ses yeux parcouraient les écrits, leurs significations n’arrivaient pas jusqu’à son cerveau. Incapable de se concentrer sur quoi que ce soit, elle avait pris le parti de s’occuper de son jardin, ce que d’habitude, elle ne faisait jamais. À quelques mètres d’elle, Ilane s’était allongé sur une chaise longue et faisait une sieste sans se soucier de la tension ambiante.