les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 8 : Infiltration, page 11

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 8 : Infiltration, page 11 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 8 : Infiltration - Page 11 sur 21

Elle fit une pause et observa attentivement les quatre hommes qui lui faisaient face. Elle sentait que ses mots étaient tacitement acceptés et décida de continuer.

 - En créant l’Ordre Nouveau, notre Seigneur propose une alternative. Il souhaite une société changeante, qui progresse, qui accepte l’autocritique. Une société où chacun est en mesure de trouver sa place, de participer à l’avenir de tous, d’avoir un véritable rôle à jouer et de ne pas simplement être spectateur des décisions d’une poignée de personnes à l’intellect soi-disant supérieur.

« De bien belles paroles ! » pensa Djalhy.

« Voici donc le discours officiel de l’Ordre », dit un sylian à travers le Nahal. « Et le culte de leur Déesse dans tout ça ? Elle n’en parle pas ? »

 - Tout ce que vous dites est bien joli, dit Djalhy à haute voix. Mais comment comptez-vous prendre le pouvoir ? Et quel est le rôle de votre religion dans tout cela ? Comptez-vous l’imposer à tout le monde ?

Le capitaine assis à côté de Djalhy acquiesça d’un signe de tête.

 - Bien sûr que non, répondit Elymène. Notre Déesse apparaîtra aux yeux de tous et l’univers se prosternera devant elle.

Un lourd silence s’établit dans la salle et Djalhy eut l’impression qu’un vent glacé venait de lui souffler sur les épaules. Même le capitaine Thisdia était silencieux et regardait la femme, un air grave sur le visage. Elymène regardait droit devant elle, les yeux brillants, perdus dans le vide.

« Comment peut-on en arriver là ? », dit un sylian à travers le Nahal.

 - Hum, vous n’avez pas répondu à ma question, reprit Djalhy avec une certaine hésitation. Comment l’Ordre va-t-il prendre le pouvoir ? Allez-vous renverser le régime ? Faire une révolution ?

Les yeux de la femme revinrent vers les quatre hommes devant elle. Son visage était paisible et un léger sourire flottait toujours sur ses lèvres.

 - Non, il n’y aura pas de violence, murmura-t-elle. Notre Seigneur viendra, accompagné de la Déesse et tous comprendront qu’un nouvel avenir s’ouvre devant eux.