les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 8 : Infiltration, page 21

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 8 : Infiltration, page 21 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 8 : Infiltration - Page 21 sur 21

 - Et qu’est-il arrivé à ce culte ? demanda Lomélys.

 - Les gens de la région en ont eu marre. J’étais parmi ceux qui ont demandé de l’aide à la Confédération. C’était il y a environ 25 ans. La Confédération a débarqué ici. Ils ont accumulé les preuves et ils ont jugé les Lasdades.

 - Les Lasdades ?

 - C’était le nom des nobles qui habitaient dans le palais. Les gens d’ici continuent à les appeler les Lasdades Rouges, à cause de tout le sang qu’ils ont versé.

 - Où sont ces gens maintenant ?

 - Tous morts ! La Confédération a condamné le culte. Les plus hauts prêtres ont tous été exécutés. À l’époque, il y avait trois Lasdades qui vivaient ici. Eyzalaé, le plus haut prêtre, sa femme Chranath et leur fils Elibohme qui devait avoir trois ou quatre ans. Eyzalaé a été exécuté par la Confédération, et sa femme et son fils ont été consignés dans le palais. Sauf qu’un jour le jeune Elibohme a fait des siennes. Vers ses 13 ou 14 ans, il a attaqué les agents de l’APC qui gardaient sa famille à résidence. Sûrement un coup de folie ! Ils avaient ça dans le sang ! Les gardes ont répliqué et ont tué toute la famille. La mère, le gosse, et puis de la famille en visite, un oncle, une tante et une cousine, je crois. Tout le monde y est passé. Bon débarras.

 - Et les autres prêtres du culte ? Que sont-ils devenus ?

 - Condamnés et envoyés sur des Planètes Prisons.

 - Et… depuis ? Avez-vous entendu parler d’eux ? demanda Lomélys après quelques hésitations.

 - Sûr que non ! C’est fini tout ça ! Et je peux vous dire qu’on est bien mieux sans eux, pas vrai Mory ?

Toujours dans ses fourneaux, la femme grommela un vague «oui».

 - Eh bien, je vous remercie pour votre hospitalité, dit Lomélys en se levant.

 - Vous partez déjà ? protesta le paysan.

 - Mon ami a dû terminer les réparations, il est temps pour moi de partir.

 - Bon, dit le paysan avec une pointe de tristesse. Si jamais vous repassez par ici, passez-moi une petite visite ! Moi et Mory, on sera ravis de vous revoir !