les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 8 : Infiltration, page 4

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 8 : Infiltration, page 4 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 8 : Infiltration - Page 4 sur 21

 - Non. Il a sûrement dû nous voir nous téléporter. En disparaissant sous ses yeux, il a dû penser que nous étions devenus invisibles. Mais ça, c’est une chose que nous ne pouvons pas faire.

Djeid, les yeux fermés, se concentrait sur les navettes qu’il sentait approcher. Dans une image mentale imprécise, il les vit se poser en formant un cercle autour du faux Vinestan, puis des troupes de l’Ordre sortirent. L’homme, qui semblait être leur chef, ordonna à la plupart des gardes de rester en faction autour du cargo, tandis qu’il prenait une section de quinze hommes avec lui pour pénétrer à l’intérieur.

Lorsque les sylians scannaient à distance, ils percevaient des images floues, quelques sons et parfois aussi, dans quelques rares cas, les pensées superficielles des personnes se trouvant dans le secteur scanné. Djeid ne fit qu’entendre les ordres donnés par le chef des gardes.

 - Divisez-vous ! Deux par deux ! Et restez sur vos gardes.

Les pensées de Djeid suivirent deux gardes qui se dirigeaient vers la salle des machines. Il contacta Iridryss.

« Pour le moment, ça se passe bien. Ils ne sont que deux ! »

« Qui a dit que nous aurions des difficultés ? » répondit-elle.

Djeid sourit et reporta sa concentration sur le bout du couloir. Seulement quelques secondes s’écoulèrent avant qu’il n’entende des bruits de pas. Les gardes avançaient avec prudence, en éclairant le passage devant eux. Ils passèrent à côté de Djeid sans le voir et continuèrent vers Iridryss.

« Nous devons coordonner nos actions » dit Djeid.

« Je suis prête. »

« Allons-y ! »

Djeid et Iridryss jaillirent de leurs cachettes et se jetèrent chacun sur un garde. Ils eurent le dessus si facilement que Djeid ne put cacher sa déception.

« Je les croyais un peu plus efficaces ces gardes de l’Ordre. » dit-il chagriné.

« Ne te plains pas. Le plus dur est à venir » répondit Iridryss.

Djeid se pencha sur le garde qu’il venait d’attaquer et Iridryss fit de même avec le sien. Il posa sa main sur le front de l’homme et rechercha toutes les informations dont il avait besoin dans la structure moléculaire du corps du garde et de ses vêtements pour prendre son apparence. En analysant les informations, il constata que sur le col de sa veste, le nom de l’homme était inscrit : W.Edgen.