les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 8 : Infiltration, page 5

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 8 : Infiltration, page 5 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 8 : Infiltration - Page 5 sur 21

Djeid se concentra et recréa sur lui une partie de la structure de l’homme. Quelques secondes plus tard, il ressemblait à W.Edgen comme deux gouttes d’eau et en face de lui, Iridryss s’était également transformée. Ces transformations faisaient partie de la formation de base des fantômes sylians. Plus ils avaient d’expérience en la matière et moins ils avaient besoin de se concentrer pour conserver leur fausse apparence.

Djeid et Iridryss cachèrent les corps du mieux qu’ils purent et revinrent vers le chef des gardes qui attendait devant le sas de sortie du cargo. D’autres gardes étaient déjà revenus de leur inspection.

 - Nous n’avons rien trouvé, dit un garde non loin de Djeid.

Pour éviter de parler, Djeid fit un signe de tête qui signifiait : « nous non plus ». Normalement, la transformation prenait en compte le changement des cordes vocales et donc de la voix du fantôme, mais Djeid n’était que peu habitué aux transformations et ne prit pas le risque de parler.

Quelques minutes plus tard, tous les gardes étaient revenus.

 - Ils ont dû laisser le cargo et partir, conclut le chef des gardes. Ils n’ont pas du aller bien loin à pied dans ce désert ! Section, à votre navette !

Les gardes repartirent vers leur navette, tandis que le chef prenait son intercom pour donner de nouveaux ordres.

 - Je veux la section 36 dans le cargo. Réduisez-le en poussière.

Alors que Djeid et Iridryss suivaient les autres gardes vers une navette, ils virent quelques hommes marcher en direction du cargo, des explosifs accrochés à la ceinture.

Leur attention revint ensuite aux navettes : elles étaient blanches à l’extérieur, mais également à l’intérieur. Cette blancheur uniforme donnait l’impression que la navette n’était pas terminée, comme si les derniers détails n’avaient pas encore été mis au point.

Les gardes s’installèrent sur les sièges, tout aussi blancs que le reste, et Djeid et Iridryss firent de même. Il y avait deux séries de sièges, situés l’un en face de l’autre, et collés contre les parois de la navette. Djeid scanna machinalement les alentours du faux Vinestan. Des gardes spéciaux de l’Ordre disposaient des explosifs à des endroits stratégiques du cargo. Lorsqu’ils eurent terminé, ils revinrent à leur navette et le chef donna l’ordre de quitter les lieux.

La navette, dans laquelle se trouvaient Djeid et Iridryss, se mit à vibrer et elle quitta le sol rapidement. Quelques secondes plus tard, elle fut légèrement secouée par le souffle de l’explosion qui venait de détruire le faux Vinestan.