les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 8 : Infiltration, page 7

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 8 : Infiltration, page 7 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 8 : Infiltration - Page 7 sur 21

 - Mais ce sont les coordonnées directes de l’astrocarte, s’étonna Nadioska.

 - C’est exact, répondit Ilane. C’est ainsi que nous les récupérons quand nous scannons un ordinateur. Nous n’avons pas le nom du système, juste ses coordonnées calculées.

 - Vine, quel est le nom du système à qui appartient ces coordonnées ? demanda Nadioska.

 - Il s’agit du système Ennoralck, répondit Vine. Devons-nous y aller ?

 - Non, dit-elle. Contente-toi d’aller dans le système voisin le plus proche.

 - Ennoralck ? murmura Ilane.

 - Vous connaissez ce système ?

 - C’est là où est né le culte de la Déesse Mijalk, répondit-il les yeux perdus dans le vague.

 - Quel est ce culte ? Je n’en ai jamais entendu parler.

 - Je pense que toute la Confédération va en entendre parler dans peu de temps !


* * *


Djalhy attendait sur le pont d’embarquement principal de la plateforme 14. Il était arrivé un quart d’heure avant le rendez-vous et observait les dockers s'affairer autour des cargos marchands qui ravitaillaient la station en nourriture et en matériel. Depuis Kaxido, l’activité avait augmenté, comme si Kerm se préparait à rentrer bientôt en guerre.

Il était 6h10 et la femme était en retard. Djalhy n’aimait pas ça. Pour contenir son impatience, il demanda des nouvelles de Djeid à travers le Nahal. Lui et Iridryss se trouvaient toujours à bord de destroyer de l’Ordre volant vers le système Ennoralck. Deux autres fantômes étaient eux aussi en chemin de leur côté vers le même système dans le but d’enquêter sur le culte.

C’est à 6h15 que la femme arriva sur le pont d’embarquement. Elle n’était pas seule ; trois hommes l’accompagnaient. Ils portaient tous les uniformes vert émeraude du Conglomérat et avaient des grades différents : un capitaine, et deux sergents. L’homme qui avait le grade de capitaine était grand et massif et ne semblait pas commode. C’était typiquement le genre de personne avec qui on n’avait pas très envie d’avoir d’ennuis. Aucun des trois hommes ne semblait particulièrement ravi d’être ici.