les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 9 : Rite de passage, page 12

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 9 : Rite de passage, page 12 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 9 : Rite de passage - Page 12 sur 21

Toujours tourné vers la statue, le prêtre posa la dague et prit un nouvel instrument qu’il leva devant lui tout en prononçant quelques mots. Puis, il fit de nouveau face au capitaine, toujours étendu inconscient sur l’autel noir. Pendant cette phase, Djalhy eut l’occasion de mieux apercevoir ce que le prêtre tenait dans sa main. L’objet était une sorte d’hybride entre un long couteau et une petite scie. Aucun sylian n’avait jamais rien vu de tel.

Le prêtre baissa l’objet au niveau du haut du bras gauche du capitaine, et commença à scier la peau avec son instrument. Djalhy ne put s’empêcher de réprimer une grimace de dégoût et il sentit son estomac s’alourdir brusquement comme s’il venait de manger quelque chose d’écœurant. Pendant un instant, il ferma les yeux, mais le bruit de chair en train d’être sciée était en lui-même encore plus insupportable que le reste. Il rouvrit les yeux pour voir une petite rigole de sang se former au bas de l’autel.

Pour éviter de vomir, il se concentra sur sa respiration, et essaya de contrôler les battements erratiques de son cœur. Durant toutes ses années où il avait exercé son métier de fantôme, il n’avait jamais vu une scène pareille. Plusieurs de ses compatriotes s’étaient déconnectés du Nahal et refusaient d’en savoir plus dans l’immédiat.

Le prêtre poursuivait son opération et Djalhy voyait la rigole de sang continuer à se répandre au sol autour de l’autel. Il avait l’impression que cela n’en finissait pas, le prêtre continuait sans relâche de couper la chair du capitaine inconscient. Finalement, au grand soulagement des sylians, il reposa enfin sur l’autel l’instrument ensanglanté et prit quelque chose d’autre à la place que Djalhy ne pouvait pas distinguer de là où il était.

« Scanne ce qu’il est en train de faire » demanda un des sylians connectés.

Malgré sa répugnance, Djalhy savait très bien qu’il devait le faire, il était là pour ça. Il s’exécuta et visualisa mentalement l’espace où se situait le capitaine, l’autel et le prêtre. C’est ainsi qu’il vit l’objet. Il ressemblait vaguement au mouchard que Djeid avait trouvé sur le Vinestan, sauf qu’il était encore plus petit. À quoi pouvait-il donc servir ?

Djalhy se concentra de plus belle pour scanner l’objet mystérieux, mais rien n’indiquait quel était son usage. Impuissant à en découvrir l’utilité, il reporta son attention sur le prêtre qui était en train d’enfoncer l’objet noir à l’intérieur de la plaie qu’il avait fait. De nouveau Djalhy et les sylians connectés se révulsèrent en voyant le prêtre enfoncer un pouce entier dans la chair découpée pour pousser l’objet contre l’os du bras. Il sortit ensuite son pouce couvert de sang et prit les derniers instruments qu’il n’avait pas encore utilisés.