les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 9 : Rite de passage, page 16

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 9 : Rite de passage, page 16 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 9 : Rite de passage - Page 16 sur 21

Avec une infinie précaution, on lui retira la dague du bras, alors que Nathac, le médecin qui avait soigné Nadioska, se précipitait vers Djalhy pour évaluer l’étendue des dégâts.

« Maintenant, ils savent que nous pouvons nous téléporter » dit Djalhy. « Je crains fort que ma mission ne soit qu'un terrible échec. »

« Vous êtes vivant Djalhy » répondit Dvalime. « Par conséquent, ce n’est pas un échec. »


* * *


« Nous avons perdu le contact avec Djeid et Iridryss depuis plusieurs heures maintenant » signala Dvalime à travers le Nahal.

Palave et Lomélys échangèrent un regard sombre. Lomélys était revenu au vaisseau et tous deux essayaient maintenant d’établir un plan pour la suite de leur mission.

« Quant à Djalhy, il est revenu avec nous sur Syl. Il est blessé, mais nous allons pouvoir le soigner sans problème » continua Dvalime.

« De mon côté, pendant que Lomélys discutait avec le paysan, j’ai analysé cette plante, le Doulkar, qui pousse ici partout » signala Palave. « Il s’agit d’une drogue. Il n’y a aucun doute sur le sujet. C’est une sorte de croisement génétique entre trois plantes connues pour leurs capacités hallucinogènes. Ces plantes viennent de trois planètes différentes, aucune n’est native d’ici. L’une d’entre elles est très peu connue. Il faut s’être spécialisé dans ce genre de discipline pour en avoir entendu parler. Même dans notre base de données du Nahal, nous avons peu d’informations sur elle. Le Doulkar est un mélange assez détonnant. Une fois préparé, lorsque vous l’absorbez, il est certain que toutes les statues de cette galaxie vous parlent sans problème ! »

Un étrange silence se fit dans le Nahal, comme s’il s’agissait d’une mer devenue si calme qu’aucune vague, si petite soit-elle, ne venait en perturber sa surface.

« Cela ne nous explique pas ce que les Conglomérats ont à faire là-dedans » remarqua Dvalime.

« C’est exact » répondit Lomélys. « L’Ordre a créé cette nouvelle drogue, c’est certain. Je ne vois pas pourquoi ce sont les Conglomérats qui la fabriquent. »

« En attendant, nous allons essayer de pénétrer dans le palais » reprit Palave. « Nous y trouverons peut-être des réponses. »

« Oui, bien sûr » répondit Dvalime dans un soupir.