les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 9 : Rite de passage, page 2

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 9 : Rite de passage, page 2 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 9 : Rite de passage - Page 2 sur 21

« Je ne crois pas au hasard » répliqua Djeid. « Il y a une explication logique, j’en suis sûr. »

« Nous continuons d’enquêter » signala Palave. « Nous allons tenter d’entrer dans le palais. Peut-être aurons-nous plus d’informations sur ce qui est arrivé à cette famille. »

« Et du côté de Djalhy ? » demanda Djeid.

« Nous n’avons aucune nouvelle de lui » répondit Dvalime. « Cela fait plusieurs heures maintenant. Nous craignons le pire. »

Djeid soupira. Perdre un sylian était une chose qui blessait profondément toute la communauté. Le Nahal servait de lien entre chaque individu et la mort d’un sylian était vécue par tous comme s’il s’agissait de la mort d’un proche. Seule la règle de l’équilibre mort-naissance parvenait à atténuer la douleur.

À part les fantômes ou les permanents installés un peu partout dans la Confédération, la communauté sylianne vivait essentiellement sur Syl même, ce qui posait un problème de place. Toutes les autres planètes vivables de la galaxie étant déjà colonisées par la Confédération, et les sylians n’avaient plus à disposition que le contrôle des naissances pour éviter la surpopulation.

Chaque couple souhaitant avoir un enfant faisait une demande au Nahal pour se placer dans une liste virtuelle. Lorsqu’un sylian mourrait, on acceptait alors la naissance d’un enfant, suivant la position du couple demandeur dans la liste. Ainsi, la population n’augmentait pas et chaque mort était atténuée par la naissance d’un nouvel enfant.

Une légère secousse se fit ressentir à bord du destroyer et une voix retentit dans les haut-parleurs annonçant qu’ils étaient arrivés à destination. Djeid et Iridryss qui continuaient à errer dans les couloirs constatèrent que les soldats de l’Ordre se dirigeaient peu à peu vers la plateforme d’embarquement.

« Je crois qu’il vaudrait mieux qu’on les suive » suggéra Iridryss.

C’est ainsi qu’ils se retrouvèrent bientôt sur la plateforme, au milieu d’une foule de soldats prêts à débarquer. À travers les immenses baies vitrées, ils pouvaient voir une énorme structure massive faite de métal noir, en orbite autour d’une planète sans vie au sol grisâtre.

« Nous ne sommes pas sur Ennoralck elle-même » signala Djeid pour les autres sylians. « C’est une base orbitale autour d’une des planètes non habitables du système. »

L’immense base était rectangulaire et possédait sur ses côtés des emplacements permettant l’arrimage de gros vaisseaux. Le destroyer fit une lente approche de la structure, puis arrêta complètement ses moteurs. Plusieurs bruits ressemblant à de grands « clacs » se firent entendre jusqu’à la plateforme.