les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 9 : Rite de passage, page 20

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 9 : Rite de passage, page 20 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 9 : Rite de passage - Page 20 sur 21

 - Seigneur, répondit l’autre voix d’homme. Je pensais bien faire. Vous aviez signalé que vous vouliez…

 - Pas ici ! coupa l’homme en colère. Nous sommes dans mon manoir ! Il vous aurait suffi de les laisser sur la base et de me prévenir. Mais bien sûr, vous n’y avez pas pensé ? Auriez-vous perdu un peu de matière grise ces derniers temps ? Ou bien… ou bien, le faites-vous exprès ?

 - Seigneur ! tenta de protester le lieutenant.

 - C’est cela ? Hein ?

 - Seigneur, je n’oserais jamais…

 - Ça va, ça va ! Je ne veux pas entendre vos minables excuses.

Un silence se fit, et Palave et Lomélys sentirent que l’homme qui se faisait appeler « seigneur » faisait les quatre cents pas.

« J’imagine qu’il s’agit du fameux seigneur Elibohme » suggéra Lomélys.

« Probablement » répondit Palave. « Et les deux espions dont ils parlent ? Est-ce que tu penses que c’est… »

« Djeid et Iridryss ? En tout cas, il faut que nous en ayons le cœur net. »

 - Amenez-les tous deux dans la salle du Culte, reprit Elibohme d’une voix un peu plus calme. Je vais les interroger moi-même.

 - Oui, Seigneur.

Du mouvement se fit dans la pièce d’à côté et les deux sylians suivirent mentalement le lieutenant qui s’éloignait dans le couloir.

« Restons à côté d’Elibohme et voyons où il va » proposa Palave.

« Espérons juste qu’on puisse le suivre sans se faire remarquer. »

« Ça y est, il sort de la pièce. »

Des bruits de pas indiquaient effectivement que le seigneur Elibohme se dirigeait vers le couloir. Il prit la direction opposée à celle d’où étaient arrivés Palave et Lomélys et marcha d’un pas vif jusqu’à la porte qui se situait tout au fond du passage. Les deux sylians attendirent qu’il ait refermé la porte derrière lui pour bouger à leur tour.

« Allons-y ! Ne le laissons pas sortir de notre champ de vision mentale » dit Palave.

Ils prirent la même direction qu’Elibohme, mais s’arrêtèrent devant la porte fermée. Ils scannèrent l’espace qui s’étendait au-delà et sentirent la présence du chef de l’Ordre qui ouvrait une autre porte un peu plus loin ; dès qu’elle fut refermée, les deux sylians en prirent immédiatement la direction et recommencèrent le même manège.