les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 9 : Rite de passage, page 3

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 9 : Rite de passage, page 3 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 9 : Rite de passage - Page 3 sur 21

« Nous sommes arrimés » informa Djeid.

Alors que les sas s’ouvraient et qu’un flot de gardes passait du destroyer à la base orbitale, Djeid et Iridryss continuaient d’observer la structure métallique noire.

« Quelque chose ne va pas » signala Djeid.

« Quoi ? » demanda Iridryss.

« Je vais scanner ce métal. Il me semble étrange, différent de … »

Djeid et Iridryss se figèrent brusquement et tous les sylians connectés au Nahal redoublèrent d’attention.

« Que se passe-t-il ? » demanda Ilane inquiet de la réaction de ses amis.

« La structure vient de disparaître ! » répondit Iridryss.

« Disparaître ? »

« On ne voit plus rien » reprit Djeid.

À présent, à travers les immenses baies vitrées, on ne pouvait plus voir que la surface grisâtre de la planète autour de laquelle le destroyer se trouvait en orbite. Les gardes continuaient à passer par les sas de sortie, et alors qu’ils s’approchaient, entraînés par le mouvement de la foule, Djeid et Iridryss purent commencer à voir les couloirs d’une blancheur laiteuse qui s’étendaient au-delà des sas.

« C’est impossible » dit Djeid tout en scannant l’endroit où quelques secondes auparavant, il pouvait voir la structure de la base. « C’est toujours là, je le sens. Mais c’est devenu invisible ! »

« Invisible ? » reprirent en cœur quelques sylians.

« Personne ne peut rendre quelque chose d’invisible » affirma Ilane.

« Il semblerait que l’Ordre ait développé cette technologie » répondit Djeid.

Tout en marchant vers la sortie, il continua à scanner l’espace où s’étendait la base. Il pouvait sentir la présence du métal qui était bien là, même s’il ne pouvait plus le voir. Il savait de toute façon que la structure existait encore puisqu’il voyait les gardes continuer à sortir du destroyer pour emprunter les couloirs de la base. La composition moléculaire était étrange, et il semblait qu’un léger flux électrique parcourait le métal devenu invisible.

Djeid cessa de le scanner et passa à son tour par l’un des énormes sas qui permettaient de pénétrer dans la base. En regardant autour de lui discrètement, il ne put s’empêcher d’esquisser un sourire.