les mondes de Vlana

Chroniques Syliannes Livre I - Chapitre 9 : Rite de passage, page 5

Textes en lecture en ligne > Chroniques Syliannes Livre I Chapitre 9 : Rite de passage, page 5 (à lire en ligne)

Chroniques Syliannes Livre I

Chapitre 9 : Rite de passage - Page 5 sur 21

Djeid les conduisit à travers de nombreux couloirs de l’Ordre, croisant de temps à autre quelques soldats qui ne leur prêtèrent aucune attention, les sylians prenant bien garde de maintenir leur déguisement en permanence.

« C’est ici » signala Djeid en arrivant devant un double sas. « Ce n’est pas gardé, donc on y va. »

Une double porte-sas s’ouvrit et ils pénétrèrent dans une immense salle dont le fond sonore était beaucoup plus élevé que dans le reste de la base. Des dizaines de machines étranges bourdonnaient et émettaient de petits bruits électroniques, tandis que de nombreux techniciens s'affairaient comme des abeilles dans une ruche. Djeid et Iridryss rentrèrent prudemment, ils ne s’étaient pas attendus à autant de mouvements.

Un technicien releva la tête des notes qu’il était en train de prendre et leur jeta un vague coup d’œil avant de se replonger dans son travail. Soulagés, les deux sylians se dirent que la présence de soldats dans cette pièce n’était sûrement pas exceptionnelle. Ils continuèrent à avancer tout en regardant autour d’eux.

« On ne va pas pouvoir trouver d’accès tranquille vers l’ordinateur » constata Iridryss.

« Tu as raison. Le mieux c’est qu’on essaye de scanner ce qu’il y a autour de nous. On va voir ce que ça donne » suggéra Djeid.

« D’accord. »

Chacun de leur côté, ils se mirent à scanner les différentes machines qui se situaient dans la pièce, en essayant de comprendre leur utilité. Djeid s’arrêta brusquement devant une cuve d’au moins deux mètres de long, et remplie d’un étrange liquide épais et verdâtre. En le scannant, il ne réussit à trouver que peu de choses : le liquide était de composition inconnue et se trouvait traversé en permanence par un courant électrique de basse intensité. Plusieurs électrodes étaient accrochées à la cuve et un panneau de commande avec plusieurs boutons et une manette se situait sur l’un des côtés.

« Qu’est-ce que c’est que ce truc ? » se demanda Djeid.

« Quelle est la composition du liquide ? » questionna quelqu’un à travers le Nahal.

« Aucune idée. Molécules inconnues. » répondit-il

« Et que donne le panneau de commandes ? » continua le sylian.

Djeid reporta son attention sur le panneau et essaya d’en déterminer l’utilité.

« Il est relié aux électrodes, qui sont elles-mêmes en contact avec le liquide de la cuve. On dirait que le panneau n’est là que pour contrôler l’intensité de l’électricité envoyée au liquide. Ça ne me dit toujours pas à quoi sert ce truc. »